Le Mouvement « Je Suis Burkina »

Réconciliation nationale : Le Mouvement « Je Suis Burkina » apporte sa contribution

492 0

Le Mouvement « Je Suis Burkina » a animé une conférence publique sur la contribution à la réussite de la réconciliation nationale, ce  jeudi 1er avril 2021 à Ouagadougou. Cette rencontre a permis aux participants de faire des propositions pour la réussite du processus.

Dans l’optique de contribuer à la réussite du processus de la réconciliation nationale, le Mouvement « Je Suis Burkina », créé en 2018, a décidé d’apporter sa part de contribution.

En effet, le mouvement avait initié des rencontres dans les 13 régions pour recueillir des propositions pour renforcer la cohésion sociale, lutter contre l’insécurité et promouvoir le vivre ensemble.

Le coordonnateur du Mouvement « Je Suis Burkina », Abdoul Aziz Bougouma, a déclaré que si les Burkinabè s’asseyent pour se parler, ils trouveront les solutions aux problèmes auxquels ils font actuellement face.

Ce jeudi 1er avril 2021, le mouvement a organisé une rencontre de restitution des informations et des attentes recueillies sur l’ensemble du territoire national. Cette restitution s’est faite sous la présidence de Maître Halidou Ouédraogo, président de la CODEL et parrain du Mouvement « Je Suis Burkina ».

“Nous avons aussi connu trois tentatives de réconciliation”

Il a fait savoir qu’il était un impératif pour le Burkina Faso d’aller à la réconciliation au regard de son histoire. « C’est une opportunité qui nous est offerte en ce sens que nous venons de sortir des élections couplées de novembre 2020 qui se sont déroulées sans débâcle et qui ont permis le renouvellement des institutions. Nous avons aussi connu trois tentatives de réconciliation.

Cette fois-ci, la situation est différente parce que notre pays a traversé des situations  qui ont déchiré le tissu social. Après ces élections qui ont consolidé le mandat du président Kaboré et avec la volonté de notre peuple d’aller à la réconciliation nationale, je pense que nous devons y aller », a-t-il affirmé.

Pour Maître Halidou Ouédraogo, le HCRUN dispose suffisamment d’éléments, le ministre d’Etat en charge de la réconciliation nationale de son côté rassemble des éléments en parcourant l’ensemble du pays, et que le chef de l’Etat affiche une volonté.

Le Mouvement « Je Suis Burkina » apporte sa contribution
Le Mouvement « Je Suis Burkina » apporte sa contribution

« Il suffit d’exploiter tous ces éléments avec notre justice qui est assez indépendante, les autorités coutumières et religieuses disponibles pour aller vers cette réconciliation nationale », a-t-il indiqué.

Il a révélé que le Burkina Faso dispose des éléments, entre autres, des structures de la justice notamment la Cour d’appel qui peut s’occuper des dossiers de crimes de sang et de crimes économiques, des dossiers individuels, des dossiers sur le foncier.

Cependant, il a proposé d’allier justice transitionnelle et justice classique afin de résoudre des questions qui ont marqué la vie de la nation burkinabè. Cela permettra, selon le parrain, de résoudre la question des réparations, des impunités, des frustrations, entre autres.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *