Pandémie du Covid-19 : Le groupe Afrikibaria fait le bilan de la maladie au Burkina

106 0

Le média en ligne Afrikibaria a développé un concept appelé « LA UNE DU MOIS » qui consiste à organiser des tables rondes publiques sur les actualités brûlantes. La 1ère  table ronde a été organisée ce samedi 03 avril 2021.

Une année après l’apparition du coronavirus (Covid-19) au Burkina Faso, Afrikibaria a organisé un panel pour discuter de l’impact de la maladie et les portes de sortie pour relancer les activités. A ce premier rendez-vous de « LA UNE DU MOIS », le média en ligne a tenu sa rencontre sur le thème « le Burkina Faso dans un contexte de Covid-19: situation et enseignements. Comment accompagner la reprise des activités ? ».  

Une genèse de la maladie au Burkina Faso a été présentée par le directeur du Centre des Opérations de Réponse aux Urgences Sanitaires (CORUS), le docteur Brice Bicaba. Selon ses propos, « le covid-19 est une maladie qui est venue remettre en cause un certain nombre de paradigmes». Une situation qui a également porté un coup dur à l’économie mondiale. Sur les difficultés que le « pays des Hommes intègres » a connues aux premières heures de la maladie, le directeur du CORUS  est revenu sur certains aspects.

« Il s’agit du tâtonnement dès le début au regard de la nouveauté de la maladie. La difficulté pour mobiliser les ressources, les fausses informations qui circulaient sur les réseaux sociaux et le manque d’information », a laissé entendre le Dr Brice Bicaba. Une année après la survenue de la maladie, il estime que des leçons ont été tirées pour une amélioration de la réponse sanitaire en pareille situation. Cependant, il a relevé que la solidarité agissante et l’apport des volontaires pour la riposte contre la maladie ont été des points importants dans la lutte.

En situation de crise, l’apport de la communication reste important. A cet effet, l’un de nos confrères, Paul Miki Rouamba, a expliqué que « le plus important c’est de pouvoir faire passer l’information sans faire peur ». Pour lui, les médias ont joué leur partition dans la gestion de la crise sanitaire. « Les médias publics comme privés ont un service public à rendre avant tout. Certains médias ont modifié leurs grilles de programmes pour insérer des émissions spéciales, des spots de sensibilisation », a-t-il dit.

Sur les difficultés du côté de la presse, Paul Miki Rouamba a relevé qu’il y a eu des  « informations contradictoires et des fakes news ». Du reste, les deux invités de AFRIKIBARIA ont noté une accalmie. « La situation de la maladie aujourd’hui est stable », a affirmé le Dr Brice  Bicaba.

Sanata Gansagné (stagiaire)



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *