Agence nationale de promotion de l’expertise nationale (APEN)

Agence nationale de promotion de l’expertise nationale au Burkina : Les organes installés

235 0

Le Burkina Faso s’est doté d’une Agence nationale de promotion de l’expertise nationale (APEN). Cette structure a pour mission d’assurer l’organisation et la promotion de l’expertise nationale. Les membres des différents organes ont été installés le mercredi 7 avril 2021 à Ouagadougou pour un mandat de 3 ans.

Dans le but d’apporter des solutions durables à la valorisation et au développement de l’expertise nationale, le gouvernement du Burkina Faso a mis en place l’Agence nationale de promotion de l’expertise nationale (APEN). Il s’agit d’un établissement à caractère professionnel qui a pour mission d’assurer l’organisation de l’expertise nationale.

En effet, lors de la rencontre gouvernement secteur privé de 2019, l’Association des bureaux d’études et des bureaux conseil en développement a sollicité la mise en place des organes de l’APEN en rappelant que l’assemblée générale constitutive qui s’est tenue le 11 Avril 2014, n’a toujours pas vu ses instances mises en place.

C’est ainsi que les différents organes ont été installés le 7 avril 2021 pour opérationnaliser cette organisation durant trois ans. Le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, a précisé que le gouvernement veut valoriser l’expertise locale à travers l’APEN.

« Pour cela, un secrétaire exécutif a été nommé. Les membres du Conseil d’administration ont été nommés en conseil des ministres. Et les experts s’étaient donc réunis pour former l’assemblée générale et élire un président. Cette cérémonie vise à installer officiellement le Président du conseil d’administration, le président de l’assemblée générale, les administrateurs et les experts membres de l’assemblée générale pour leur permettre de commencer à défricher le chantier qui consiste à actualiser la base de données des experts nationaux, à rassembler l’ensemble d’informations qui vont permettre de cartographier tout ce qui est expertise nationale », a-t-il expliqué.

Egalement, il a souligné que l’expertise prend compte les experts du privé, de la fonction publique, de la diaspora et celle des associations qui peuvent être mis à la disposition nationale ou internationale.

L’expertise nationale a été reconnue comme un puissant moyen de lutte contre le chômage…

En outre, le nouveau président de l’assemblée générale des experts,  Noufou Gnampa, a fait savoir que l’expertise comporte plusieurs enjeux. A l’écouter, il y a plusieurs situations que l’expertise peut résoudre.

« L’expertise nationale a été reconnue comme un puissant moyen de lutte contre le chômage, par la création d’emplois. Il est en effet ressorti qu’une bonne organisation de l’expertise pouvait permettre d’absorber une grande part de l’important vivier d’intellectuels dont le système éducatif, donne actuellement au Burkina.

L’expertise a été également reconnue comme un outil d’indépendance de stratégies de développement par les renforcements des capacités de réflexions stratégiques. Ici, il s’est agi de voir comment les capacités de réflexions nationales pouvaient contenir et diminuer le volume et le poids de la réflexion stratégique internationale, pour formuler et mettre en œuvre les politiques de développement.

Cette expertise devrait également servir d’outil de diplomatie par sa capacité à être un bon facteur de visibilité et de positionnement de notre pays à l’étranger. Déjà, beaucoup de sociétés d’expertise et d’experts d’entreprise individuelle par la qualité de leurs travaux, sont devenues de véritables ambassadeurs du Burkina », a-t-il indiqué.

Lire également 👉 Compte rendu du Conseil des ministres du 24 mars 2021

Par ailleurs, toute personne disposant d’un niveau d’étude la licence, selon lui,  peut devenir un expert. «  Il y a des textes qui sont normés et qui permettent à l’ensemble des personnes qui ont une fois, après la licence, la possibilité de devenir un expert national et même de créer un bureau d’étude. Pour que cela puisse avoir de l’impact, nous avons souhaité que les experts puissent être accompagnés», a laissé entendre Noufou Gnampa.

Jules César KABORE et Hamadou DIALLO (Stagiaire)

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *