Présidentielle béninoise et tchadienne du 11 Avril : Le point

151 0

Des élections présidentielles se sont tenues ce 11 Avril 2021 distinctement au Bénin et au Tchad. Les présidents respectifs de ces deux pays africains briguent un autre mandat. Patrice Talon du Bénin, un second et Idriss Déby Itno, son sixième mandat à la faveur d’un référendum constitutionnel approuvé il y a plusieurs années signifiant qu’il pouvait désormais effectuer deux mandats supplémentaires, et potentiellement rester au pouvoir jusqu’en 2033 à la tête de ce pays de l’Afrique centrale.

Au Bénin, le corps électoral constitué d’environ 5 millions de votants étaient appelés aux urnes ce dimanche 11 avril pour l’élection du prochain président de ce pays de l’Afrique de l’Ouest. Le Président sortant Patrice Talon a croisé le fer avec deux challengers Alassane Soumanou Djimba et Corentin Kohoué. Selon certains observateurs, l’issue de ce scrutin serait connue vu que les opposants susceptibles d’inquiéter le tenant du palais de la Marina, la résidence officielle des présidents béninois, sont hors course, d’où le manque d’enthousiasme dans les bureaux de vote qui ont fermé leurs portes à 16h, heure locale.

Au Tchad, le principal candidat de l’opposition en compétition avec le Président sortant Idriss Déby Itno,  est Albert Pahimi Padacke, ancien Premier ministre de 2016 à 2018. Cinq autres candidats moins populaires sont également dans la course et dénoncent d’ores et déjà des disfonctionnalités et des abus du pouvoir, sortant notamment l’utilisation des ressources de l’État pour faire campagne. Quant aux groupes de défense des droits de l’homme, ils ont dénoncé l’adoption par Ndjamena de restrictions à l’approche du vote, notamment à travers de longues coupures d’Internet et des arrestations arbitraires.

Au lendemain de ces deux importants scrutins tant pour le Bénin que pour le Tchad, les décomptes des votes sont en cours.

La fin de la campagne électorale béninoise a été marquée par des contestations accusant le régime du Président de tenir ce scrutin peu inclusif d’où des appels à l’abstention lancés par un opposant dont la candidature a été rejetée. Un mot d’ordre particulièrement suivi à Savé, à l’avant-garde de la fronde anti-Talon où les autorités craignant des troubles ont eu à déplacer certains bureaux de vote dans un commissariat.

La plateforme des organisations de la société civile, qui avait déployé 1 400 observateurs à travers le pays, a indiqué dans son rapport de fin de mission que « la participation est faible par rapport aux précédents scrutins » et que « dans tous les départements, des tentatives de pression, d’intimidation, de menaces, de troubles à l’ordre public, de corruption ou de harcèlement des électeurs ont été observés », note-t-elle. Toujours selon cette organisation, « aucun poste de vote n’avait ouvert » à Tchaourou, le fief de l’ancien Président Boni Yayi, non sans dénoncer des bourrages d’urnes et de votes multiples.

La Commission électorale du Bénin devrait recevoir sous 24 heures la compilation des votes puis selon le calendrier, annoncer les premières tendances le 14 et le 15 avril avant la proclamation des résultats définitifs par la cour constitutionnelle.

Au Tchad, même si les analystes politiques estiment que le maréchal-président Idriss Deby Itno, est assuré de remporter le scrutin après avoir écarté ses principaux adversaires, le seul enjeu de ce vote est le taux de participation. Les résultats provisoires sont attendus pour le 25 avril 2021, alors que les résultats définitifs seront proclamés le 15 mai prochain.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI et Africanews



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *