Ministère de l’action sociale : Trois syndicats réclament l’annulation de la nomination de la SG, Faty Ouédraogo/Zizien

372 0

Le Syndicat des Travailleurs de l’Action Sociale (SYNTAS), le Comité de la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B) et le Syndicat Autonome du Personnel de l’Action Sociale (SYNAPAS) étaient face à la presse ce jeudi 15 avril 2021 à Ouagadougou. Il s’est agi d’informer l’opinion sur la gouvernance qui prévaut au ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’action Humanitaire (MFSNFAH) et de dégager des perspectives.

Le Syndicat des Travailleurs de l’Action Sociale (SYNTAS), le Comité de la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B), et le Syndicat Autonome du Personnel de l’Action Sociale (SYNAPAS) ont tenu une rencontre pour dénoncer ce qu’ils estiment  être des « décisions arbitraires ».

Les trois syndicats, par la voix de Juste Koumara Logobana, secrétaire général du SYNTAS, dénoncent entre autres, la reconduction de la secrétaire générale du ministère en charge de la Femme, Faty Ouédraogo/Zizien, admise à la retraite le 18 mars 2021.

Ils exigent également l’annulation immédiate et sans condition de sa nomination. Face à la presse, ils  ont  invité les travailleurs à rejeter tout acte administratif tels que les affectations, les directives, les circulaires et  toute activité administrative sous la présidence de Faty Ouédraogo/Zizien.

Les conférenciers ont également dénoncé une autre affectation. Il s’agit de celle « pour nécessité de service » de Boureima de Salam Ouédraogo, administrateur des affaires sociales et par ailleurs Président de l’association burkinabè des professionnels de l’assistance sociale (ABPAS).

D’autres revendications étaient à l’ordre du jour…

Selon Juste Koumara Logobana, secrétaire général du SYNTAS, cette affectation est « une violation de l’indépendance du travailleur social, de sa liberté d’expression et d’association ». Les conférenciers ont exigé l’annulation pure et simple de cette affectation.

Aussi, ont-ils dénoncé la nomination de Bouma Narcisse Bamouni en tant qu’administrateur représentant du ministère en charge de la Solidarité Nationale  au Conseil d’administration de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) pour porter les problématiques du travail social. Ils n’ont pas non plus hésité d’exiger l’annulation de cette nomination à ce poste.  

Il faut noter que les conférenciers avaient d’autres revendications à l’ordre du jour telles que le rétablissement de salaires coupés, l’arrêt des mesures répressives et arbitraires contre les travailleurs, le respect de la nature des emplois et de la préservation des acquis, l’indivisibilité  du travail social, l’arrêt des nominations de complaisance et enfin de l’audit sur la gestion des ressources du ministère.

Par ailleurs, les trois organisations syndicales préviennent tenir pour responsable l’autorité, de la dégradation  du climat social au sein du ministère de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’action Humanitaire (MFSNFAH) dans un bref délai si les préoccupations soulevées ne sont pas satisfaites.

Elle s’engagent à animer et organiser la lutte en vue d’une résolution conséquente des préoccupations.

Hamadou DIALLO (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *