Réconciliation nationale et cohésion sociale : Les suggestions de Safiatou Lopez/Zongo et ses camarades

355 0

Le Mouvement pour le plaidoyer du retour de la paix et la cohésion sociale du Burkina Faso ( MPCRN) veut apporter sa pierre à la réconciliation nationale au Burkina Faso.

Le Mouvement pour le plaidoyer du retour de la paix et la cohésion sociale du Burkina Faso est né dans l’ambition de donner une impulsion décisive à la mise en œuvre d’un dialogue national au Burkina Faso afin de « panser les plaies des Burkinabè meurtris dans leur chair ». Une idée portée et nourrie par un groupe d’acteurs de la société civile et des partis politiques  avec à sa tête Safiatou Lopez/Zongo,  présidente d’honneur du Cadre de concertation national des organisations de la société civile et présidente de l’association pour la promotion de la démocratie et de la participation citoyenne (APDC).  

Après avoir mené un bon nombre d’activités allant dans le sens de l’atteinte de leurs objectifs, ces acteurs de la société civile ont produit un rapport sur la situation actuelle du Burkina Faso et fait des suggestions afin d’offrir aux Burkinabè une nation soudée et prospère. Selon le rapport du MPCRN, il ressort que le « pays des hommes intègres » vit des heures sombres de son histoire dues à des crises politiques, sécuritaires, socio-économiques entre autres. Une situation qui a conduit à l’effritement de son  tissu social. Face à cet état de fait, la ligne directive du mouvement a été de consulter les différents acteurs de la société.

Ainsi donc, il a mené une démarche consultative pour recueillir les sentiments des uns et des autres afin de tirer des conclusions. A ce titre, les responsables coutumiers, religieux, politiques, économiques et toutes les autres couches sociales ont été approchées. A la sortie de ces consultations, il ressort dans le rapport qu’il a été demandé aux différents acteurs de se mettre en mouvement afin d’adresser une demande à la direction politique du pays qu’elle acte le dialogue national. Et pour se montrer encore plus déterminé, le mouvement conduit par Safiatou Lopez/Zongo a même proposé un agenda aux décideurs politiques.

Toujours dans sa démarche, il faut retenir que des personnalités comme le Mogho Naaba, le Chef des Bobo Mandarè, le contrôleur général de l’Etat, des anciens chefs d’Etat et les leaders politiques ont été consultés en plus du Premier ministre et des syndicats.  Toutes ont reconnu et salué la pertinence de la démarche adoptée par le MPCRN. Elles ont aussi manifesté leur «  soutien sans faille à cette initiative salvatrice qui vise la cohésion et la paix au Burkina Faso ».

 Dans ledit rapport, on peut lire également que le MPCRN a fait de la paix « son cheval de bataille ». Et ce, dans le but de réconcilier tous les Burkinabè. Selon les premiers responsables du mouvement, le mot d’ordre est de faire de ce dialogue national, « une voie devant permettre de régler plusieurs dysfonctionnements en une seule occasion ».  Ils ont par ailleurs reconnu les efforts déjà consentis allant dans le sens de la réconciliation nationale.

Sur les recommandations du rapport, on peut noter entre autres l’adoption d’un programme spécial de développement social équitable et de décentralisation, le retour des exilés politiques, l’adoption d’un plan général permettant de désamorcer la fronde sociale, les réparations des crises socio-politiques d’octobre 2014 et de septembre 2015, la formulation des orientations d’un programme d’éducation civique et morale, la répression d’actes irréguliers de communication dans l’espace public et la création d’une Délégation Générale à la Restauration de la Paix qui formulera et mettra en œuvre des instruments (stratégie, politique, programmes) basés sur les orientations et les décisions du dialogue national.

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *