Burkina Faso : L’UNESCO appuie l’ISEPS

123 0

L’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) a organisé une cérémonie d’appui à l’Initiative Sougourounoma pour l’Education, la Paix et la Santé (ISEPS) ce vendredi 16 avril 2021. L’objectif de cette cérémonie est le renforcement des capacités et la promotion du dialogue communautaire. Ce projet a une durée de six mois.

Dans la prévention de l’extrémisme, l’organisation internationale UNESCO a décidé d’accompagner la jeunesse  de Saaba à travers l’association  Sougourounoma pour l’Education la Paix et la Santé (ISEPSE). Le projet est intitulé « la promotion du dialogue communautaire et  renforcement des capacités de 120 femmes, jeunes, leaders coutumiers/religieux, responsables administratifs et personnes déplacées internes en prévention et gestion des conflits dans la zone du Liptako gourma au Burkina Faso ».

Le but  de ce projet est principalement de créer des cadres de dialogue intra et intercommunautaires et de renforcer les capacités des jeunes, des femmes et des leaders locaux pour une culture de la paix par la prévention de l’extrémisme violent et la gestion non-violente des conflits communautaires au Burkina.

A hauteur de (22) vint deux milles dollars, l’accompagnement de l’UNESCO durera 6 mois. C’est un accompagnement  qui permettra d’assurer la  gestion non violente des conflits communautaires, selon  Bazero  Guy Herman, chargé des relations extérieures et de la communication/ commission nationale  pour l’UNESCO

Photo de famille des représentants de l’UNESCO et ceux de l’association sougourounoma

« Sensibilisés sur le phénomène, les bénéficiaires pourront alors s’engager dans leurs communautés pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent et assurer la gestion non violente des conflits communautaires. Ainsi, ils deviendront à leur tour de véritables artisans de paix, gage d’une démocratie effective et d’un développement harmonieux de leur communauté et du Burkina Faso tout entier », a-t-il déclaré.

A  entendre Parfait Kaboré, président du conseil  communal de la jeunesse de Saaba, c’est une grande satisfaction pour la jeunesse.  « Nous accueillons ce projet avec la plus grande satisfaction et surtout que ça va en faveur des jeunes prioritairement et que nous sommes les premiers acteurs de ces conflits  », a-t-il souligné.

Sougourounoma Henri Kaboré, président  de l’initiative Sougourounoma pour  la paix, l’éducation et la santé  a  indiqué qu’ils se donneront  pour la réussite de  cette activité. Il a exhorté ses membres à suivre le processus pour bien se renforcer afin de mieux connaitre ce qu’est l’analyse des conflits  et le rôle la jeunesse dans cette prévention.

Joël  THIOMBIANO (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *