Burkina Faso : La Commune de Ouagadougou évalue sa gestion financière

688 0

Ce jeudi 22 avril 2021 à Ouagadougou, a eu lieu l’atelier de restitution officielle du rapport de la 2e  évaluation des finances publiques de la Commune de Ouagadougou par la méthodologie Public Expenditure and Financial Accountability (PEFA).

Le  PEFA est une méthodologie d’évaluation de la performance de la gestion des finances publiques (GFP), selon des normes internationales édictées par le secrétariat PEFA basé à Washington aux Etats-Unis.

Ces normes sont constituées de 31 indicateurs de haut niveau et les notations sont de A à D. Cette méthode fournit un cadre d’évaluation et de présentation des points forts et des points faibles de la Gestion des finances publiques (GFP) au moyen d’indicateurs quantitatifs qui permettent d’évaluer la performance de la GFP.

Le PEFA est financé par l’Agence Française de Développement (AFD) dans cinq capitales africaines dont Ouagadougou. La Commune de Ouagadougou veut se doter d’outils modernes de gestion financière qui lui permettront non seulement de faire des réformes dans la gestion des finances publiques mais aussi d’être viable et d’accéder directement à des finances extérieures. Selon le maire central de Ouagadougou, Armand Beouindé, cette évaluation est louable.

« On vient de le constater avec la revue PEFA qui est l’exercice que la mairie fait sur la dépense publique et la responsabilité  financière. On se soumet à cet exercice depuis un moment, avec l’appui de la cour des comptes du Burkina Faso, d’experts français de la cour des comptes française et l’appui financier de l’AFD qui nous permet de voir où sont nos forces, où sont nos faiblesses, comment redresser la barre pour une gestion financière vertueuse. Et cela est à louer. Nous avons encore beaucoup d’efforts à faire. Sur le plan de la communication, sur le plan de la participation citoyenne pour que les populations  puissent savoir ce que la Commune investit pour eux et à leur profit », a-t-il dit.

« C’est un exercice de démocratie municipale »

Le directeur  de l’AFD,  Gilles Chausse, a expliqué que cet exercice consiste à rendre compte publiquement, mais également à relever des insuffisances.

«  Ce qui a prévalu, c’est d’abord la conduite d’un travail important, qui est un travail qui a été initié en 2010, qui a été reconduit en 2019, qui est cet exercice important d’analyse de la gestion des finances  publiques par des experts, selon des normes internationales dans un dispositif qui met en jeu l’ensemble des services de la mairie. L’objectif de ce travail est de rendre compte de manière publique. Mais on vient de constater à l’aune de la restitution qu’il y a un certain nombre de marges de progression.

C’est un exercice de démocratie municipale, en rendant  compte de la gestion dans toute sa dimension. C’est donc cet exercice que l’AFD appuie au niveau de la ville de Ouagadougou. Alors, moi j’en ai retenu au moins une qui est importante, qui est celle relative au programme d’investissement sur lequel je pense qu’il doit y avoir un devoir de communication, qui doit être plus important qui permettrait de mieux connaître les programmes, de mieux être informé des financements qui sont consentis à travers ce programme », a expliqué le directeur  de l’AFD.

À la suite du maire et du directeur de l’AFD, Sylvie Ouoba, point focal du PEFA, a présenté le rapport de la 2e évaluation des finances publiques par la méthodologie PEFA relayée par d’autres experts qui ont relevé les points forts et les points faibles. 

Hamadou DIALLO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *