Burkina Faso : « Nous comptons mettre en place une centrale d’achat et de transformation de Moringa » (Rachidatou Dioni)

Orange Burkina a lancé en janvier 2021, un projet au profit des filles âgées de 18 à 35 ans. Le projet est dénommé « ambassadrices Orange des régions ». Une de ces treize amazones, Rachidatou Dioni, projette de faire un verger de Moringa d’au moins 5 hectares au profit des populations de la région des Cascades, particulièrement les femmes. L’étudiante en deuxième année de licence, faculté sciences économiques et gestion à l’université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso et candidate « ambassadrice Orange » pour le compte de la région des Cascades  a expliqué à Burkina24 sa vision et l’impact de son projet le mercredi 21 avril 2021.

Burkina24 (B24): Qu’est- ce qui vous a motivée à participer à ce concours ?

Rachidatou Dioni (RD) : Ce qui m’a plus motivée à participer à ce concours, je trouvais que c’était une opportunité pour moi de partager mon projet, mettre en valeur mes idées.

Egalement, j’ai trouvé que c’était une opportunité pour moi, si je gagnais de pouvoir venir en aide à toute cette population de ma région, en particulier les femmes.

B24 : Comment se fait la sélection pour être candidate « ambassadrice Orange des régions »?

RD : Il fallait faire une vidéo de 3 minutes dans laquelle vous devez expliquer ce qui vous a motivé et l’impact du projet. Après cette étape, vous postez votre vidéo sur la plate-forme. Et il y avait le jury qui devait non seulement regarder la qualité de la vidéo, mais aussi la qualité du projet.

B24 : Et c’est sur quoi porte votre projet ?

RD: Mon projet consiste à la mise en place d’un verger de Moringa dans la région des Cascades, précisément dans le village de Yenebré.

B24 : Pourquoi le choix d’un tel projet ?

R D : J’ai choisi ce projet parce que j’ai remarqué que depuis un certain temps, les Burkinabè consomment le moringa sans savoir les vertus que renferme  cette plante. J’ai fait des recherches par exemple sur une cultivatrice de Moringa au Kenya. Elle a plus de 12 hectares qu’elle exploite. Là, je me suis dite pourquoi ne pas faire la même chose au Burkina Faso.

Aussi, dans mes recherches j’ai constaté que presque chaque année, les pays européens demandent du Moringa et les pays d’Afrique n’arrivent pas à satisfaire à la demande.

Je me suis dite et pourquoi pas au Burkina Faso se lancer dans la culture de Moringa. Peut-être que nous aussi nous aurons la chance de nous faire connaître sur le plan international.

L’une de mes plus grandes ambitions, si je gagne ce concours, est de faire du Burkina Faso l’un des meilleurs producteurs du Moringa dans le monde et dans la sous-région.

Hier soir, lors de mes recherches sur Internet, je suis tombée sur un projet d’une étudiante burkinabè en médecine qui commercialise et transforme le Moringa en produits cosmétiques, l’huile, du savon…Egalement, je suis tombée sur une personne toujours ici au Burkina Faso qui a un verger de 5 hectares de Moringa.

B24 : En quoi est-il porteur votre projet ?

RD: Il est porteur d’abord dans le sens où il va venir en aide aux femmes de ma région. Par exemple, dans la région des Cascades, ce sont les femmes qui sont les plus battantes. Les hommes aiment davantage aller boire du tchapalo (une bière traditionnelle faite à base du mil). La plupart du temps, ce sont les femmes qui cultivent.

Si jamais ce projet arrivait à voir le jour, ce serait une opportunité pour ces femmes de pouvoir s’épanouir dans une activité lucrative donnée, et subvenir aux besoins de leurs familles. Il va également dans le cadre des jeunes étudiants diplômés et qui sont là et qui n’ont pas d’emploi qu’on pourra employer.

Nous comptons mettre en place une centrale d’achat et de transformation de Moringa en produits alimentaires et cosmétiques.

Peut-être que dans la transformation nous aurons besoin de biologistes. Nous aurons alors à faire des recrutements en étudiants diplômés.

B24 :  Savez-vous sur quels critères, le jury va-t-il se baser pour choisir le meilleur projet  ?

RD: La seule idée qu’on a pour l’instant, c’est que la sélection se fera sous deux formes. Puisque actuellement nous avons nos vidéos qui sont en ligne sur Facebook, YouTube, Instagram. Les votes du public comptent 65 % et les votes des membres du jury 35 %.

Maintenant, on ne sait pas sur quoi concrètement le jury va se baser pour faire ce choix. Mais les votes du public comptent énormément.

Je demande du soutien des internautes et j’appelle à voter massivement pour moi. Pour ce faire, envoyez M2 au 424. Vous pouvez voter autant de fois que vous voulez. Le vote se fait aussi sur  les plateformes digitales de Orange Burkina

La grande finale de ce concours est prévue pour demain jeudi 22 avril 2021. Le meilleur projet sera primé à hauteur de 10 millions de francs CFA par Orange Burkina.

Propos recueillis par Willy SAGBE et Abdoul Ganignou BARRY et Hamadou DIALLO (Stagiaires)

Burkina 24



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page