Burkina Faso : Le projet “La voix des jeunes du Sahel” organise un symposium national de la jeunesse

258 0

Le projet “La voix des jeunes du Sahel-phase Il” organise du 23 au 24 avril 2021, un symposium national de la jeunesse sur la valorisation des bonnes pratiques et de partage d’expérience de dialogue entre jeunes et autorités.

Evariste Dabiré, chef de projet “La voix des jeunes du Sahel”

Ouagadougou abrite le symposium national de la jeunesse sur la valorisation des bonnes pratiques et de partage d’expérience de dialogue entre jeunes et autorités. Le chef du projet “La voix des jeunes du Sahel”, Evariste Dabiré, a laissé entendre que la rencontre s’inscrit dans le cadre de la stratégie consensuelle de retrait et de durabilité des actions du projet qui vise à appuyer les conseils nationaux de jeunesse des cinq Etats  du G5 Sahel.

Cette stratégie est articulée sur trois axes. Il s’agit notamment du renouvellement des organes dirigeants, le renforcement des capacités des membres des organes dirigeants et la valorisation des bonnes pratiques du projet pour un passage à l’échelle.

Passage à l’échelle

Plus de 300 jeunes venus des 45 provinces du pays prennent part à ce symposium

Un passage à l’échelle parce que jusqu’ici, le projet ne couvrait que cinq régions du pays. Mais désormais, il couvrira toutes les régions et provinces du Burkina Faso avec la présente étape qui vise à valoriser des bonnes pratiques.

“Il y a à ce symposium, environ 300 participants venus des 45 provinces du Burkina Faso avec qui, les bénéficiaires directs du projet vont partager les bonnes pratiques dans le cadre de la mise en œuvre du projet et tenter un passage à l’échelle“, a indiqué Evariste Dabiré.

Mis en œuvre depuis 2017, le projet “La voix des jeunes du Sahel” ne connaîtra pas une troisième phase. La seconde phase du projet prendra fin au mois d’août de l’année en cours. En termes de bilan, Evariste Dabiré s’est dit satisfait des résultats engrangés jusque là. Car, dit-il au niveau de chaque pays, il y avait trois chantiers prioritaires.

Il s’est agi pour nous lors de la seconde phase de concrétiser ces chantiers. Depuis décembre 2020, nous avons validé techniquement une stratégie nationale de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes”, a-t-il confié.

Prêt à relever le défi

Moumouni Dialla, président du Conseil national de la jeunesse

Moumouni Dialla, président du Conseil national de la Jeunesse, s’est dit prêt pour relever le défi. Car selon lui, les actions menées par le projet sont les mêmes que celles qu’entreprend le Conseil national de la jeunesse. “Un certain nombre de défis ont été identifiés et nous sommes conscients et prêts à relever ces défis de concert avec tous les jeunes du Burkina Faso“, a-t-il affirmé.

Lambi Sawadogo, directeur de cabinet au ministère de la jeunesse

Selon le directeur de cabinet du ministre de la jeunesse, Lambi Sawadogo, ce qu’il faut pour la jeunesse du Burkina Faso aujourd’hui, c’est le renforcement des capacités.

Il a à cet effet exprimé l’engagement du ministère à accompagner des projets qui œuvrent en ce sens.

Notons que depuis 2017, le projet “La voix des jeunes du Sahel” a contribué à structurer le dialogue entre 1 250 représentants d’associations des jeunes et autorités des cinq pays membres du G5 Sahel.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *