Insécurité et criminalité urbaines à Ouagadougou : Des délinquants au mode opératoire particulier ont été arrêtés

La brigade de recherches du commissariat de police de Ouaga 2000 a mis la main sur un réseau de délinquants spécialisés dans le vol à mains armées. La présentation des délinquants et la remise des objets saisis aux victimes ont eu lieu ce lundi 26 avril 2021.

Un réseau de délinquants opérant entre 19h et 1h du matin aux alentours du Monument des martyrs, palais des sports et la zone de Balkuy a été démantelé par la brigade de recherches du commissariat de Ouaga 2000.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’insécurité et la criminalité urbaine. Il faut noter que les bandits ont un âge compris entre 34 et 27 ans.

Un pistolet automatique, des pantalons treillis, une chaussure de type militaire et 16 téléphones portables saisis

« De décembre 2020 à avril 2021, nos services ont enregistré plusieurs victimes de vols à mains armées, exécutés avec violence. C’est ainsi que dans la nuit du 9 au 14 avril 2021, deux individus nommés O.A. et B.A ont été interpellés alors qu’ils venaient d’agresser au moyen d’une arme à feu, un homme en compagnie de son amie« , a expliqué Daouda Ouédraogo, commissaire principal de police.

Les objets saisis

Il a fait savoir que d’autres membres du groupe N.A., Y.M. et G.K ont été interpellés par la suite. Le commissaire Daouda Ouédraogo a précisé que les faits sont commis entre 19h et 1h du matin. « Toutes les opérations sont effectuées par deux ou trois membres de la bande après qu’elles aient eu connaissance de la présence de potentielles victimes« , a-t-il confié.

Les biens saisis

Ces opérations ont permis à la police de saisir 6 motos, une voiture, 4 pneus, 16 téléphones portables, une somme de 135 000 FCFA, un portail d’une valeur de 400 000 FCFA, un pantalon treillis, une chaussure de type militaire et un pistolet automatique. « Entre le 1er janvier et le 8 avril 2021, les membres de la bande ont reçu comme dépôt une somme d’environ douze millions de francs CFA de la part de victimes« , a noté le commissaire Daouda Ouédraogo.

Sur le mode opératoire des bandits, il a indiqué qu’un élément de la bande procède au repérage des cibles après quoi, il fait appel aux autres membres du groupe. « Dès qu’il y découvre des gens s’adonnant à des attouchements ou relations intimes, il fait appel téléphoniquement à un ou deux autres membres de la bande. Ils encerclent les victimes en se présentant tantôt comme des gendarmes, tantôt des policiers« , a-t-il signifié.

Les enquêtes se poursuivent

Il a ajouté que les présumés auteurs prennent les images des victimes avec leurs documents d’identité, les numéros d’immatriculation de leurs véhicules, puis ils demandent des objets de valeur, de fortes sommes d’argent ou le transfert d’argent sur un compte Orange Money.

Selon les propos du commissaire, une fois que les victimes s’y opposent au rançon qu’ils leur est demandé, les ravisseurs menacent de publier sur les réseaux sociaux, les images vidéos et photos réalisées. Certaines victimes subissent des coups de cordelettes munies de barbelés.

Daouda Ouédraogo a confié que les enquêtes se poursuivent pour mettre la main sur d’autres membres de la bande non encore interpellés jusque là. Ceux qui ont été interpellés ont été présentés au procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou. Le commissariat rappel ses numéros verts qui sont le 17, 16, 1010.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page