Mairie de Ouagadougou : Autorités municipales et responsables syndicaux parlent à bâtons rompus

362 0

La mairie centrale de la ville de Ouagadougou a tenu une rencontre ce lundi 26 avril 2021 au sein de ses locaux. L’objectif pour les autorités municipales était de donner « des éclairages » sur la situation qui touche les occasionnels de la mairie.

En l’espace d’un mois, les manœuvres occasionnels ont manifesté à deux reprises devant l’entrée principale de l’hôtel de ville de Ouagadougou pour leur intégration dans la fonction publique, la reconstitution de leur carrière et leur affiliation à une caisse de retraite. En réponse à cette sortie, la mairie de Ouagadougou a organisé ce lundi 26 avril 2021 une assise pour donner sa version des faits sur la situation.

En ce qui concerne la revendication salariale, le 1er adjoint au maire, Moussa Belem, a évoqué le fait que ces occasionnels sont payés au pointage soit à la fin de la journée ou la semaine.

« La mairie, pour un quelconque besoin, trouve des personnes qui sont choisies aléatoirement pour  faire le travail. Il n’a jamais été question d’ancienneté ou de contrat de travail. Ces personnes sont pointées et payées à la fin du travail ou de la journée. Comment les payer s’ils n’ont pas travaillé, pour une quelconque raison ? Ces manœuvres sont nullement des fonctionnaires mais des prestataires donc payés au rendement », a-t-il expliqué.

« Cette déclaration est plus que frustrante »…

Selon Arsène Ouédraogo, directeur des affaires juridiques et municipales, la gestion juridique des carrières de ces occasionnels municipaux est une règle qui n’est pas prévue par la loi au Burkina Faso. « Le recrutement se fait en fonction des besoins communaux. Au niveau de la gestion de leur carrière, elle n’a  pas prévu, pour le moment, de loi. Cependant il y aura une loi spécifique qui viendra gérer ces types de situation, mais qui n’est pas encore adoptée », a-t-il déclaré. 

Wilfrid Bamogo, responsable de la Confédération Syndicale Burkinabè (CSB), au nom des grévistes, ne partage pas ce point de vue de la mairie, qui à l’entendre, est un moyen pour les autorités de « saper » les efforts de dialogue et de cohésion sociale. « Cette déclaration est plus que frustrante. Nous dire que des ouvriers ont désisté à la grève, cela n’est pas avéré », a-t-il déploré. 

Il a, tout en qualifiant les propos des autorités municipales de « mensonge envers son peuple », affirmé que la bataille vient de commencer, car dit-il, « la confédération prendra toutes les dispositions nécessaires pour répondre à cette déclaration de la municipalité ».

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)

Burkina 24

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *