Burkina Faso : La lutte contre les violences basées sur le genre au cœur d’un atelier

319 0

L’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP), a tenu un atelier ce mardi 27 avril 2021, pour faire un rapport sur les normes et institutions sociales favorisant les violences liées au genre dans les régions de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Nord au Burkina Faso.

L’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP)  est une organisation non gouvernementale burkinabè, engagée dans la promotion et la défense des droits des jeunes filles. Depuis sa création en 1996, l’ADEP a conduit des projets de renforcement de capacités des jeunes filles et aux jeunes femmes dans le but de réussir leur épanouissement.

Pour cela, il a fallu agir à la fois sur les facteurs socioculturels défavorables tels que les préjugés dévalorisants, les croyances mythiques et les différentes pratiques violentes à l’égard des femmes et des filles, et sur le facteur économique et politique. Le travail sur ces facteurs ne peut contribuer efficacement à l’atteinte de l’objectif d’épanouissement que si, entre autres, un environnement favorable débarrassé de l’emprise des normes socio-culturelles défavorables est promu.  

C’est dans cette lancée que l’ADEP a organisé ce mardi 27 avril 2021 un atelier de dissémination du rapport sur les normes et institutions sociales dont l’objectif est d’analyser en profondeur l’importance des normes sociales comme facteurs de la persistance du phénomène des violences basées sur le genre dans les régions du Centre-Nord et de la Boucle du Mouhoun.

Recueillir les perceptions des populations par rapport à la prévalence des violences faites aux femmes 

Cette étude vise à comprendre les perceptions, les attitudes et les comportements qui sous-tendent la persistance des normes sociales néfastes au respect des droits des femmes dans les régions du Centre-Nord et de la Boucle du Mouhoun.

En ce qui concerne les résultats de l’analyse, Moussa Dan Koma Ibrahim, Personne Ressource de l’ADEP, a laissé entendre que ces résultats sont satisfaisants. « En termes de résultats, l’étude a permis de recueillir les perceptions des populations par rapport à la prévalence des violences faites aux femmes dans la région de la Boucle du Mouhoun et dans le Centre-Nord», a laissé entendre Moussa Dan Koma Ibrahim.

L’approche méthodologique de l’étude est qualitative. L’enquête de terrain s’est déroulée, pour le Centre-Nord, dans les localités de Kaya et Basnéré dans la province du Sanmatenga, Kongoussi et Touka dans la province du Bam. Dans la Boucle du Mouhoun, ce sont les localités de Nouna et Koussiri, dans la province de la Kossi, Tougan et Djouroum dans celle du Sourou qui ont été ciblées.

Frédéric Sié KAMBOU

Pour Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *