Numérisation du système éducatif : Orange Burkina offre du matériel à l’école primaire publique Balkuy C

327 0

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet d’écoles numériques, la compagnie de téléphonie mobile Orange Burkina a procédé au lancement d’une école numérique à l’école primaire publique de Balkuy C ce vendredi 23 avril 2021. Au total, c’est 50 tablettes, un mini serveur, un projecteur et d’autres équipements qui ont été remis. L’objectif des premiers responsables de la compagnie est d’offrir des « moyens sains pour éduquer les enfants » en ces temps de Covid-19 et de crise sécuritaire.

Révolutionner le système d’enseignement, c’est l’objectif de Orange Burkina en partenariat avec le ministère en charge de l’éducation nationale. Et pour y arriver la compagnie de téléphonie mobile a initié un projet d’écoles numériques. Déjà présent dans 16 pays à travers l’Afrique, le projet touche environ 1 000 écoles, soit plus 500 000 élèves. Selon, les premiers responsables de la société, Orange Burkina à l’instar des autres filiales de la société, mène une politique qui consiste à investir une partie des bénéfices dans les pays où elles sont implantées.

Arrivée en 2017, la fondation Orange a contribué à relever bon nombre de défis dans des domaines prioritaires comme l’éducation, la culture et la santé. Pour le compte du Burkina Faso, ce sont 55 écoles primaires qui vont bénéficier des retombées du projet des écoles numériques.

Mais pour l’instant, elles sont 28 écoles à avoir déjà eu accès au projet. Pour le directeur général de Orange Burkina, Mamadou Coulibaly, ce projet est une solution en ces temps de Covid-19 et d’insécurité. « La numérisation peut aider dans plusieurs domaines dans nos vies et en particulier dans le domaine de l’éducation. C’est un levier incontournable », a-t-il dit.

« On forme les employés de demain pour nos industries »

Une situation qui a trouvé sa preuve lors de l’avènement de la pandémie du Covid-19. Selon Mamadou Coulibaly, avec la digitalisation, « on a tous les même chances ». Pour lui, tout doit continuer même dans les moments les plus durs. Prenant l’exemple de la période de fermeture des écoles en 2020,  Mamadou Coulibaly a expliqué que la digitalisation aurait pu permettre de maintenir les élèves dans le système éducatif même étant à la maison. Cette solution des écoles numériques est également une porte ouverte pour former les enfants dans des domaines techniques et technologiques car selon le patron de Orange Burkina, « on forme les employés de demain pour nos industries ».

Pour sa part, le ministre de l’éducation nationale, le Pr Stanislas Ouaro, a souligné que la société Orange Burkina intervient dans plusieurs domaines au Burkina. A titre illustratif, il faut noter qu’elle a financé la construction de deux lycées scientifiques à Bobo-Dioulasso et à Tenkodogo.

La mise en œuvre de ce projet coïncide aussi avec la vision des premières autorités du pays, selon les dires du ministre. « A travers le développement du numérique, ça permet aux élèves de bénéficier d’un apprentissage à domicile. C’est bon pour nous de développer ce genre de système », a laissé entendre le Pr Stanislas Ouaro.

« On ne tue pas le livre du tout »

En plus donc d’offrir cette possibilité d’apprendre à la maison, le développement du numérique permet, selon ses propos, d’améliorer les apprentissages dans les salles de classes. Avec plus de 85 000 enseignants, le ministre estime que ces moyens numériques permettraient aussi de renforcer les capacités des enseignants.

Pour le Pr Stanislas Ouaro, il n’est pas question d’échanger les livres contre des tablettes. « On ne tue pas le livre du tout. On tient compte des aspects juridiques liés au livre pour que le livre numérique puisse contribuer à côté du livre  physique au développement de notre système éducatif », a-t-il martelé.

Les kits remis contiennent des contenus pédagogiques tels que les livres, des modules et d’autres contenus bénéfiques pour l’éducation des enfants. Il faut noter aussi qu’ils ne nécessitent pas une connexion Internet.

Les données sont téléchargées sur les tablettes directement. Le coût global de ce projet au Burkina s’élève à plus de 125 millions de francs CFA. Le directeur général de Orange explique que la société  entend « aller plus loin ».

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *