Mois de jeûne : Les journalistes et communicateurs musulmans communient avec des étudiants de l’ISTIC

299 0

Les membres de l’Association des journalistes et communicateurs musulmans du  Burkina Faso (AJCMBF) se sont réunis avec des étudiants de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) pour une rupture collective du jeûne, ce 28 avril 2021. Par cette rupture collective, les différents acteurs entendent renforcer les liens confraternels et confusionnels de la communauté musulmane.

Dans le but de voir de resserrer les liens confraternels, l’Association des Journalistes et Communicateurs Musulmans du  Burkina Faso (AJCMBF) a approché les jeunes journalistes et communicateurs en formation à l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) pour échanger sur l’islam et la construction de la paix.

Selon Abdoulaye Tao, le président de l’AJCMBF, ce regroupement permettra de vivre de façon apaiser et sera durable. « L’idée, c’est de savoir comment être un bon professionnel en même temps un bon musulman. Il faut travailler sur soi-même, travailler aussi avec les autres, connaître bien sa religion et son métier et essayer de voir comment on peut mieux servir la communauté et vivre de façon apaisée », a confié Abdoulaye Tao.

Ce regroupement a aussi été un cadre de dialogue entre les jeunes étudiants et les professionnels. « D’une certaine façon, c’est de faire le relais parce que ce sont des futurs professionnels qui vont arriver sur le terrain. C’est une façon pour nous de prendre attache et on espère qu’on va entretenir ces relations tout au long des années à venir », a affirmé le président de l’AJCMBF.

Au cours de ce moment de partage, l’AJCMBF a offert un Coran aux jeunes étudiants. Abdoulaye Tao pense qu’il faut toujours approfondir sa connaissance. «  La foi repose sur ce livre saint. C’est une façon de dire qu’il y a un repère et qu’il faut retourner de temps en temps approfondir sa connaissance vis-à-vis de la religion », a-t-il ajouté.

Abem Aoussegué, directeur de la formation initiale à l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC), a positivement apprécié cette rupture organisée par l’AJCMBF. « Cela a été un sentiment de satisfaction de constater que le journalisme et la communication peuvent être alliés à la pratique religieuse. Comme vous pouvez le constater, c’est avec un engouement que nos étudiants ont pu commémorer la partie avec les membres du réseau », a-t-il indiqué.

L’Association des Journalistes et Communicateurs Musulmans du Burkina Faso (AJCMBF) est un réseau qui regroupe  les professionnels du journalisme et la communication.

Joël THIOMBIANO (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *