Burkina Faso : Le CILSS annonce une saison pluvieuse 2021 humide

582 0

Le Comité permanent Inter-Etat de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) a annoncé ce mercredi 5 mai 2021, à Ouagadougou, qu’il est attendu une  saison de pluie de 2021 globalement humide. La rencontre a été  placée sous le thème «situation alimentaire et nutritionnelle 2020-2021 et les prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques pour les pays de la zone sahélienne pour la période 2021-2022».

Dans le but de mieux préparer la campagne agricole 2020-2021 et d’anticiper les risques d’inondation récurrents dans la région, les experts du  Comité permanent Inter-Etat de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) ont présenté les tendances de la saison des pluies et les écoulements des principaux cours, ce mercredi 5 mai 2021.

Selon les experts du CILSS, il y a encore du temps pour prendre des mesures afin de mieux gérer les inondations.

Les experts du CILSS ont laissé entendre, qu’en matière de  prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques pour les zones sahélienne et soudanaise, la saison pluvieuse de 2021 sera globalement humide. Quant aux dates de fin de saison, elles seront globalement tardives à normales sur presque toutes les bandes sahéliennes et soudanaises.

« On s’attend à une saison beaucoup plus tardive sur l’ensemble de notre sous-région », a soutenu Dr Abdou Ali, chef du département information et recherche au CRA/CILSS.

Cette prévision, pour le secrétaire exécutif,  Dr Abdoulaye Mohamadou,   permet au citoyen lambda de connaitre les zones  qui risquent d’être affectées par la famine afin d’anticiper la solution.

« Ça donne de grandes tendances  qui permettent aux Etats de prendre des décisions, d’anticiper sur la situation de la campagne. Le producteur qui a ce service, qui sait que la campagne sera tardive, choisira les semences appropriées parce qu’il y a des semences qui conviennent pour une saison tardive et des semences qui conviennent pour une saison précoce, en fonction de leur cycle », a-t-il déclaré.

Dr Abdoulaye Mohamadou secrétaire exécutif , ces prévisions permettent  aux producteurs de savoir quelle semence choisir

Il est à noter que la saison des pluies débutera de façon précoce sur la bande sahélienne  allant  du Centre-ouest du Mali au Tchad ainsi qu’aux parties du Nord des pays du Golfe de Guinée. Mais dans les zones couvrant l’extrême Sud Sénégal, la Guinée-Bissau, la Guinée, l’Ouest du Mali, les dates de début de saison seront probablement normales ou tardives.

Par ailleurs,  sur le Burkina Faso, la partie Ouest du Niger, le Sud du Mali , les parties Nord du Benin, du Togo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire et de la Guinée,  des séquences sèches  longues et courtes seront observées.

Au regard de  ces prévisions, le CILSS et ses partenaires ont recommandé une gestion anticipative des risques d’inondation, de sécheresse, d’attaques phytosanitaires, de maladies hydriques. Ils ont recommandé aussi une adaptation du calendrier cultural et pastoral en fonction des profils de saison.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Finalement quoi retenir du verbiage de ces experts du CILSS? Cette phrase: “… sur le Burkina Faso, la partie Ouest du Niger, le Sud du Mali , les parties Nord du Benin, du Togo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire et de la Guinée, des séquences sèches longues et courtes seront observées” est tellement vague qu’elle ne nous renseigne nullement sur les périodes probables de sécheresse. Si le reporter a bien formulé leur idée, c’est qu’il y a de quoi s’interroger sur l’utilité d’une telle structure dans l’atteinte de notre sécurité alimentaire.
    Très décevant.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *