Réconciliation au Burkina Faso : La mise en garde des avocats de la famille de Thomas Sankara

538 0

Dans le cadre de l’exécution de sa mission, le ministre de la réconciliation nationale a effectué un voyage en Côte d’ivoire. Lors de cette visite, Zéphirin Diabré a eu  une rencontre d’échanges avec l’ancien président Blaise Compaoré en exil dans ce pays depuis l’insurrection populaire de 2014. Seulement, les avocats de la famille du Capitaine Thomas Sankara ne voit pas cette visite d’un bon œil.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le collectif des avocats de la famille de Thomas Sankara a manifesté son inquiétude sur la rencontre qui a eu lieu en terre ivoirienne entre le ministre en charge de la réconciliation nationale et l’ancien homme fort du Burkina, Blaise Compaoré. Selon eux, « le principe de la réconciliation est une décision politique ».

A travers ces propos, les avocats traduisent les sentiments d’inquiétude de la famille car pour elle, « la réconciliation ne saurait être faire obstacle à la manifestation de la vérité, sauf à être une prime à l’impunité (…) et ne saura se substituer à la justice ». Elle veut ainsi une manifestation de la justice dans l’assassinat du père de la révolution en toute transparence.

La famille du Capitaine Thomas Sankara nourrit l’espoir de voir Zéphirin Diabré « convaincre Blaise Compaoré de venir répondre des charges pour lesquelles il est poursuivi en donnant sa version des faits ». Pour terminer, le communiqué a martelé que « la justice doit toujours demeurer au-dessus de tous arrangements politiques ».

En rappel, il faut retenir que le 13 avril 2021, la chambre de contrôle de l’instruction de l’affaire Thomas Sankara a prononcé la mise en accusation de 14 personnes dont l’ancien président Blaise Compaoré. Des mandats d’arrêts « inexécutés » ont été émis. Des décisions prises selon le collectif après un travail « fouillé et circonstancié » du juge d’instruction. Une partie  qu’il juge « cruciale » pour la manifestation de la justice. A noter aussi que le ministre de la réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, a maintes fois assuré que la réconciliation ne sera pas sans passer par la case de la justice et de la vérité. 

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *