Burkina : Les professionnels du contrôle aérien proposent leur expertise dans la conception de l’aire de mouvement de l’aéroport de Donsin

La capitale burkinabè, Ouagadougou est pratiquement à une heure de vol des différentes capitales de la sous-région ouest-africaine et à deux heures de l’Afrique centrale. Un avantage géographique qu’il faut mettre à profit pour faire du Burkina une véritable plaque tournante de l’aviation civile. Pour y arriver, il faut doter l’aéroport de Donsin d’une aire de mouvement répondant aux normes internationales. Le sujet est au centre des discussions du 12e conseil ordinaire de l’Association Professionnelle des contrôleurs aériens du Burkina (APCAB) tenu ce mardi 18 mai 2021 à Ouagadougou.

Réunis à l’occasion de leur 12e conseil ordinaire à Ouagadougou, les professionnels du contrôle aérien du Burkina Faso veulent éviter à l’aéroport de Donsin une aire de mouvement comme celle de l’aéroport international  de Ouagadougou, dont les capacités sont très limitées. Avec comme thème de réflexion : « contribution des professionnels du contrôle aérien dans la conception de l’aire de mouvement de l’aéroport de Donsin : expériences tirées des limites de l’aire de mouvement de l’aéroport de Ouagadougou », les professionnels du contrôle aérien entendent apporter leur expertise dans la conception de l’aire de mouvement de l’aéroport de Donsin.

« L’aéroport de Donsin est un projet ambitieux du gouvernement burkinabè qui va booster le secteur de l’aéronautique dans notre pays. Nous voulons à travers ce thème inviter les autorités à aller au bout de leur ambition en mettant à la disposition des usagers de l’air un aéroport compétitif à travers une aire de mouvement qui permettra la gestion rapide, sûre et ordonnée des aéronefs avec le moins de retard possible », explique Moïse Ramdé, fraichement réélu à la tête de l’APCAB.

Au cours de cette assise, les aiguilleurs du ciel du Burkina Faso ont procédé à des analyses comparatives des aires de mouvement des aéroports de Ouagadougou, d’Abidjan, de Lomé et de Blaise Ndiagne de Dakar. L’objectif étant de tirer les meilleures expériences et de faire des propositions techniques à la Maitrise d’Ouvrage de l’Aéroport de Donsin.

Moïse Ramdé, président de l’Association Professionnelle des contrôleurs aériens du Burkina:  » il faut doter l’aéroport de Donsin d’une aire de mouvement qui bat les records »

De l’avis de Moïse Ramdé, « il faut absolument éviter à l’aéroport de Donsin une aire de mouvement semblable à celle de l’aéroport de Ouagadougou qui, de par sa configuration et du nombre de postes au parking, pose d’énormes difficultés aux différents acteurs de cette plateforme ».

Le Directeur Général de l’Agence nationale de l’Aviation Civile du Burkina Faso, Zakaria Traoré, représentant le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, a salué l’initiative de l’Association Professionnelle des Contrôleurs Aériens du Burkina, qui de son avis, montre non seulement qu’elle est soucieuse du développement de l’aviation civile de façon générale, mais aussi souhaite que l’aéroport de Donsin soit doté d’une aire de mouvement à la hauteur des ambitions des premières autorités du Burkina de faire de cet aéroport un hub à l’échelle sous régionale.

« Les propositions d’amélioration issues des travaux seront les bienvenues et nous travaillerons à ce qu’elles soient prises en compte dans la mise en œuvre de la plateforme aéroportuaire de Donsin », promet Zakaria Traoré.

Ce 12e conseil ordinaire a également servi de cadre pour l’APCAB de passer en revue les difficultés auxquelles est confrontée la famille des contrôleurs aériens du Burkina. Il ressort que la pandémie du Covid-19 avec les mesures de restrictions de voyage et de confinement qui ont suivi, a porté un coup dur à ce secteur « mettant en péril de nombreux emplois et jetant de même coup de nombreuses familles dans le désarroi ».

Selon le président de l’APCAB, les contrôleurs aériens travaillant à l’ASECNA ont observé une réduction des salaires à travers la coupure des indemnités de rendement, affectant les conditions de vie. A cela s’ajoute la situation des contrôleurs sortis de l’école et qui sont toujours en attente de la régularisation de leur situation administrative par la direction de l’ASECNA. A toutes les doléances formulées à l’endroit de l’autorité, le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile du Burkina, représentant le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière dit avoir pris bonne note.

Il faut noter que ce 12e conseil ordinaire a vu Moise Ramdé rebeloter pour un second mandat de deux ans à la tête de l’APCAB.

Composition du nouveau bureau de l’APCAB

Président : RAMDE Moise

Vice-Président : YARO Daniel

Secrétaire administratif : SOME Namwinkpi

Secrétaire administratif adjoint : BORO T Mardoché

Trésorier Général : GOROU Diane

Trésorier Général adjoint 1 : ZOUGOURI Boureima

Trésorier Général adjoint 2 : MBOUP Pathé

Secrétaire à l’organisation et à l’information : COULIBALY Yannick

Secrétaire à l’organisation et à l’information adjoint : NKENG Yannick



Un commentaire

  1. Félicitations à l’ensemble des contrôleurs aériens du Burkina pour leur esprit de professionnalisme et d leur abnégation au travail malgré les conditions difficile de travail lié notamment à la pandémie du covid 19.
    Espérons que les autorités tiendront compte des recommandations que L’APCAB viendra à leur soumettre en rapport avec l’aéroport international de Donsin.
    Courage au nouveau bureau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page