Burkina Faso : 40 élèves ont quitté les sites d’orpaillage grâce au projet d’Oxfam

« D’ici 2021, les enfants des zones minières du Ganzourgou retourneront à l’école et y resteront ». Tel est l’objectif principal du projet « les enfants sont l’or du Burkina », initié par l’ONG  Oxfam depuis 2020. Afin de renforcer la visibilité du projet et ses résultats, Oxfam a organisé une caravane de presse dans 4 communes du Ganzourgou, du 20 au 21 mai 2021. 

 L’école Nobsin dans la commune de Mogtédo a été visitée le vendredi 21 mai 2021 par l’équipe d’Oxfam. Elle a aussi  bénéficié des mêmes avantages que les écoles des autres communes dont Meguet, Boudry, Zoungou et Mogtédo.

Selon Issoufou Komou, chargé d’éducation d’Oxfam Burkina, la caravane de presse consiste à faire connaitre les actions du projet « les enfants sont l’or du Burkina ». Il a affirmé qu’Oxfam est parti du constat que depuis quelques années, avec la flopé des sites d’or au Burkina  Faso, dans la plupart des régions, les élèves ont tendance à abandonner l’école au profit des sites d’or.

Issoufou Komou, chargé d’éducation d’Oxfam Burkina a informé que le projet est mis en œuvre dans 25 écoles de la province du Ganzourgou.

« C’est une préoccupation qui est ressentie au niveau du MENAPLN qui a entrepris des actions pour résoudre ce problème et retenir les enfants à l’école. Oxfam a alors accompagné le ministère en développant  un certain nombre d’initiatives pour faire en sorte que les enfants qui sont sur les sites d’or puissent revenir à l’école et dissuader ceux qui ont envie d’aller sur les sites d’or de le faire », a-t-il expliqué.

Selon Kafando Barkié Abdoulaye, président de l’Association des Parents d’Elèves (APE) de Nobsin, ce projet leur a appris beaucoup de choses.

« Notre école  est détruite. La recherche de l’or avait détruit nos enfants. Cette recherche d’or avait fait que les enfants étaient sur les sites et l’école était abandonnée. Mais le projet nous a appris beaucoup de choses et l’école est redevenue normale. Plusieurs enfants qui avaient quitté l’école sont revenus », s’est-il exprimé.

Le président de l’APE, Kafando Barkié Abdoulaye, a déclaré que la recherche de l’or avait détruit les écoles .

Dans cette école, plusieurs enfants avaient abandonné l’école au profit des sites miniers. Mais grâce au projet d’Oxfam, certains sont revenus, selon le directeur de l’école, Léandre Gorga.

« On avait enregistré beaucoup d’absents  mais grâce à Oxfam, nos enfants reviennent. Au début de l’année, on avait enregistré au maximum 50 élèves qui avaient rejoint le site minier mais nous avons enregistré au moins une quarantaine qui sont revenus », a-t-il déclaré.

Il a précisé que les avantages du projet sont énormes car,  ils ont pu mener une sensibilisation et instaurer au niveau de la cantine scolaire, la préparation de la bouillie au lait. Ce qui attire les enfants.

Selon le directeur de l’école de Nobsin, Léandre Gorga,  le projet a permis le retour de près de 40 élèves à l’école

Les enseignants  de cette école comptent réaliser un bon taux de succès  afin d’inspirer Oxfam à prolonger son accompagnement.

Dans le   cadre du projet, plusieurs activités ont été menées. Il s’agit de la phase de sensibilisation des parents d’élèves, le syndicat des orpailleurs afin qu’ils ne puissent plus  accueillir  les enfants en âge scolaire et les enfants scolarisés sur les sites d’or. Il s’agit également de  la mise en place d’un dispositif pour accueillir les enfants venant des sites d’or avec un  accompagnement en matériels et en vivres.

Le projet vise 25 écoles de la province du Ganzourgou. Il est financé à hauteur 1 249 145,88 euros, par l’Ambassade du Royaume du Danemark à travers Danida.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page