Burkina Faso : Des élèves ont été retirés des sites d’orpaillage à Kougbanega

Oxfam a effectué une visite de terrain le vendredi 21 mai 2021 dans la commune de Boudry dans le cadre d’une caravane de presse. Cette activité a consisté à mettre en lumière les résultats du projet « les enfants sont l’or du Burkina », lancé en 2020 par ladite ONG.

La province du Ganzourgou compte plusieurs sites d’orpaillage artisanal. Ces sites entrainent l’abandon des classes par les élèves pour la recherche de l’or. Afin de limiter cette ruée vers les sites d’orpaillage artisanal, Oxfam a mis en place un projet qui intervient dans 4 communes de cette province. La structure a ainsi organisé une caravane de presse afin de mettre en lumière les résultats du projet. C’est l’école de Kougbanega de  la commune de Boudry qui a été visitée.

Selon le directeur  provincial de l’éducation préscolaire primaire et non formelle du Ganzourgou, Mahamadou Bikienga, le principal avantage du projet est le retrait des enfants des sites aurifères, leur maintien à l’école et surtout l’état d’esprit inculqué aux élèves, aux parents d’élèves et la communauté éducative qui sont désormais conscientisés pour éviter le départ des enfants au niveau de ces sites d’or.

Le directeur  provincial de l’éducation préscolaire primaire et non formelle du Ganzourgou, Mahamadou  Bikienga a affirmé que le projet a beaucoup d’avantages dans le Ganzourgou

Certains parents justifient le départ des enfants sur les sites par la pauvreté et le directeur provincial a laissé entendre que la pauvreté est au niveau de l’esprit.

« Ce n’est pas forcement matériel. Les gens pensent tout de suite que si on va au site d’or, on va ramener des ressources mais ce sont des ressources qui vont finir d’ici là. Le bien-être de l’enfant est à l’école et ce qu’il acquiert comme connaissance à l’école est vraiment une richesse inestimable… », a-t-il déclaré.

L’école de Kougbanega  compte 82 élèves  dont 46 garçons et 36 filles. Elle a bénéficié du projet « les enfants sont l’or du Burkina ». Selon le directeur de l’école, Wendlamita Elie Youglemandé, avec l’accompagnement d’Oxfam l’abandon des élèves a  diminué.

Le projet a permis de récupérer deux élèves des sites d’orpaillage artisanal selon le directeur de l’école Wendlamita Elie Youglemandé.

« L’année surpassée, on a eu au moins 4 élèves qui étaient partis. Cette année, on  a pu récupérer deux (…). L’année passée, j’ai entendu par la voix de quelques élèves qu’un élève voulait partir. J’ai tout fait pour l’empêcher de partir et un soir aux environs de 17h quand mon téléphone a sonné, c’était un numéro du Mali. J’ai décroché et c’était l’élève. Il est parti et il n’est plus jamais revenu », a-t-il relaté.

Le président de l’Association des Parents d’Elèves, Sana Issa, lui-même orpailleur a déclaré que les sites d’or ne sont pas des endroits pour les enfants. « Ce sont des trous et ces trous peuvent amener des soucis. Le projet a aidé nos enfants et leur a donné des vivres. Les enfants ont à manger à l’école. Ils ont offert des lampes pour aider les élèves à étudier la nuit », a-t-il affirmé.

Le président de l’APE, Sana Issa, lui-même orpailleur a reconnu que les sites d’orpaillage ne sont pas pour les enfants

Oxfam a initié plusieurs activités pour la mise en œuvre du projet. Il s’agit du renforcement des capacités des différents acteurs dont les encadreurs pédagogiques, les enseignants, les directeurs d’école, la communauté éducative et les élèves à travers le club des jeunes filles et le gouvernement scolaire.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page