Burkina Faso : « Nos écoles fabriquent des complexés par millions » (Lionel Bilgo)

Ceci est une tribune de Lionel Bilgo sur la question de l’éducation au Burkina Faso.

Seul un système éducatif fort pourra recimenter les fondations de notre vivre ensemble et ramener le respect des symboles de la nation dans le cœur de la jeunesse.

L’éducation ne doit pas être une question superficielle, elle est l’une des clés de notre futur. Au-delà des problématiques matérielles et des moyens financiers, la valeur du contenu éducatif, toujours négligé, doit être une priorité.

Beaucoup de Burkinabè s’émeuvent de voir que de nos jours il existe encore des écoles sous paillotes, mais peu sont ceux qui se soucient du contenu stérile, obsolète, voire nuisible, qui est instillé dans la tête de nos enfants dans les bâtiments en brique dure. Que vaut un 15% de succès à l’examen d’une classe dans un joli bâtiment face à un 100% au même examen d’une classe sous paillote ?

Nos écoles fabriquent des complexés par millions, de simples singes imitant méthodiquement un monde qui n’est pas le leur.

Ne nous trompons pas de priorité dans la hiérarchie des urgences !

Beaucoup mettent en avant des facteurs économiques pour expliquer l’immigration, et, si on ne peut nier qu’il s’y trouve une partie de l’explication, on ne peut pas, pour autant, se limiter à cette lecture simpliste.

Comment ne pas voir les dégâts de l’immigration psychologique ?

Il n’y a pas que les démunis qui veulent rejoindre l’Occident. Il y a aussi ces millions d’enfants issus de milieux privilégiés qui rêvent d’avoir leur baccalauréat et de poursuivre leurs études en Occident parce que notre système éducatif n’a pas suffisamment montré que le rêve était possible chez nous, parce que nos universités n’innovent pas en créant et en valorisant des filières propres à nos réalités. Et il y a aussi tout simplement ceux qui ont l’ambition de réussir, pour eux, pour notre société, et qui sont frustrés par l’étroitesse des portes que notre système éducatif leur propose.

Parce que nos écoles se réfèrent continuellement à l’autre et à l’ailleurs, reléguant ainsi au second plan le nous et l’ici.

Notre pays a besoin de la richesse de tous ses enfants, de leurs compétences, de leurs rêves et de leurs ambitions, et c’est un double fiasco : notre système d’enseignement ne guide aucun d’eux sur le bon chemin, celui de l’avenir du Burkina Faso.

Certes, plusieurs réformes de façade perlent l’histoire de notre système éducatif, mais aucune n’a été le fruit d’une réflexion interne, les choix prédominants étant toujours ceux des engagements internationaux.

Leur but ? Uniformiser l’éducation et pérenniser avec elle la domination culturelle et civilisationnelle du monde occidental.

En 2000, au Sommet de l’ONU, tous les pays du monde s’engagèrent à améliorer le sort du milliard d’êtres humains vivant dans la misère.

Pour cela, huit objectifs furent fixés, parmi lesquels figuraient l’achèvement d’une scolarité de qualité pour les enfants du primaire, ainsi que l’atteinte de la parité filles/garçons. Des milliards furent octroyés à l’ensemble des pays africains pour ce projet éducatif.

Mais cette aide fut essentiellement orientée vers l’amélioration des conditions matérielles, au détriment d’une réforme des contenus.

De quelle éducation parle-t-on ? Est-ce du maintien d’un système éducatif qui ne nous ressemble ni ne nous aide ? Pourquoi continuer d’ignorer que les difficultés que nous affrontons résultent d’une absence de prise de conscience et d’un déni de nous-mêmes ?

Notre plus gros problème n’est pas tant la qualité des cadres de l’enseignement que la qualité et la valeur des contenus éducationnels.

Les chaînes mentales qui nous attachent à des schémas qui ne sont pas les nôtres sont encore présentes dans la tête de nos citoyens, et l’école est l’usine qui les fabrique.

Pendant longtemps, et même jusqu’à aujourd’hui, bon nombre de Burkinabè, particulièrement ceux des zones rurales conscients de ce danger, refusèrent d’envoyer leurs enfants à l’école, parce qu’ils la considéraient comme un outil assimilationniste. La révolution burkinabè a d’ailleurs fustigé et qualifié l’école burkinabè d’outil colonial dont le but est d’asservir nos populations. Elle a considéré, à juste titre, que notre école était conçue pour fabriquer des cadres subalternes locaux, afin de faciliter la poursuite de l’œuvre coloniale.

Cette critique était de mon point de vue fondée.

En revanche, la réforme de l’école qui fut proposée n’a pas su, elle non plus, répondre au besoin éducatif, préférant en faire un outil au service de la révolution.

L’enjeu pour le Burkina Faso est de ramener l’école au plus près de nos valeurs et de notre culture.

Notre école ne parle pas suffisamment de nous, elle ne raconte pas assez notre glorieuse histoire et la richesse de notre culture, elle ne raconte pas assez la bravoure de nos résistants et de nos combattants.

Il a fallu attendre une crise identitaire, près de soixante ans après notre indépendance, pour que le président Roch Marc Christian Kaboré, lors de la célébration des cent ans d’existence de notre pays, demande aux historiens d’écrire enfin notre histoire… cela en dit long sur le chemin qu’il nous reste à parcourir !

À l’image d’un plan stratégique gigantesque, nous devons donc avoir le courage de révolutionner notre système éducatif.

Nos écoles et nos universités doivent être comme un laboratoire au service de notre développement, leurs enseignements doivent prendre en compte notre valorisation en tant que société, avec nos spécificités uniques.

Nous nous enfermons trop fréquemment dans la conviction que l’école est une invention du colon, mais c’est une vision erronée de notre histoire. L’école et l’instruction existaient dans nos différentes sociétés avant la colonisation, nous avons seulement commis la grave erreur de reléguer cette école traditionnelle ou endogène au second rang, en refusant obstinément qu’elle associe ou qu’elle intègre le système éducatif légué par la colonisation.

À quoi sert l’école et que voulons-nous qu’elle forme comme citoyens ?

Pour moi, l’école est l’usine dans laquelle un pays produit la ressource humaine dont il a besoin.

Au lieu de penser au fort taux de réussite que nous voulons lors de nos examens, pensons d’abord et avant tout aux Burkinabè que nous voulons former !

100% de réussite pour des égarés au plus prestigieux des examens d’un pays pèse certainement moins pour le pays que 10 ou 15% de réussite pour des Burkinabè pleinement conscients de qui ils sont et de ce qu’ils peuvent être pour leur pays.

Quelle est la fiche technique de l’écolier burkinabè après le concours d’étude primaire, quelle est la valeur du collégien burkinabè au sortir du brevet d’études du premier cycle, quels sont les atouts sociaux du lycéen burkinabè au sortir du baccalauréat ?

Toutes ces questions méritent que nous prenions le temps de la réflexion avec nos enseignants engagés et les techniciens de l’éducation nationale. Nos gouvernants ont trop souvent délégué tout ou partie de l’élaboration des réformes de notre système éducatif à des experts étrangers, il n’est donc pas étonnant que notre école fabrique chaque année des millions d’immigrés intellectuels, des aliénés psychologiques et des déshérités socioculturels.

Lionel BILGO

Extrait du livre: Burkina Faso du rêve à l’action. Créons demain



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page