Burkina Faso : Stage «  brigade » pour les Elèves Sous-Officiers de la Gendarmerie Nationale

Les Elèves Sous-Officiers de la Gendarmerie Nationale de  la 47e promotion sont en stage «  brigade » depuis le 26 avril 2021. Il s’agit pour ces élèves  de mettre en pratique des connaissances acquises à l’école. Ainsi, trois brigades dont Pabré, celle de Sigh-Noghin et Paspanga  ont été visitées ce  lundi 24 mai 2021, dans le but de connaitre les activités menées au cours de ce stage.  

Chaque année, un stage pratique de 30 jours est organisé au profit des élèves sous-officiers de la gendarmerie nationale dans plusieurs brigades. Ce stage a pour but de permettre  aux Elèves Sous-Officiers de la Gendarmerie Nationale (ESOGN) de  mettre en pratique des connaissances acquises en cours notamment en police judiciaire, vie et service des unités, procédure pénale, police administrative.

Les stagiaires de la Brigade Territoriale de Pabré sont en train de contrôler un véhicule.

Dans les brigades où ont lieu les stages, les élèves sous-officiers apprennent plusieurs activités. En effet, à la Brigade Territoriale (BT) de Pabré, 10 stagiaires ont été reçus.  Ils ont appris le fonctionnement de la Brigade, le rôle du service de planton, la technique de fouille d’un individu, la perquisition, les techniques en transmission et la technique de prise d’audition.

Les stagiaires ont démontré leurs connaissances acquises en montage  et démontage d’armement, le service de planton qui consiste à recueillir des plaintes, des  dénonciations, de recevoir du courrier et d’assurer le  service téléphonique. Ils ont démontré également la technique de fouille avant de mettre en cellule un individu interpellé.

Les stagiaires ont procédé au  démontage et montage  d’une arme

Selon Soukian André Ouédraogo, ils font des activités à l’école mais de façon théorique. « Là au moins ils ont à faire à la population, des victimes, des auteurs donc pratiquement ils touchent la réalité du doigt (…). Ce passage en sous-unités est très bien. Ça renforce leur connaissance  surtout pratique. En brigade, c’est la pratique qui prime », a-t-il expliqué.

Lamoudi Combary, ESOGN  et stagiaire de la BT de Pabré, a affirmé que le stage s’est bien passé. « Il n’y pas mal de différence entre la théorie et la pratique parce que la pratique est plus concrète que la théorie », s’est-il exprimé.

A la Brigade Ville de Sig-Noghin, les ESOGN ont appris également les mêmes pratiques. En effet, ils ont appris le service externe, le service  à la résidence, la technique de dactylographie…

L’Adjudant-Chef Major Mahamadi Kargougou, Commandant de la Brigade Ville de Gendarmerie de Sig-Noghin a jugé leur stage parfait.  « C’est relatif à la prise d’empreintes, les dactylographies  et la saisie, le rôle du Planton qui est capital pour la gendarmerie parce qu’il faut d’abord recevoir les usagers qui viennent vers nous avec déférence pour leur permettre de repartir en ayant un sentiment qu’ils sont en sécurité.

Un élève sous-officier stagiaire de la Brigade Ville de Sigh-Noghin joue le rôle du planton en recevant une plainte

 Il y aussi les patrouilles que nous faisons. Les patrouilles externes, les patrouilles à la résidence, les techniques de prise d’empreintes, les fouilles perquisition et les fouilles suretés sur les personnes gardées à vues, tout au long d’un mois », a-t-il déclaré.

A la gendarmerie de Paspanga, les ESOGN ont appris d’autres activités pratiques dont les réceptions de plaintes à la Brigade de Recherche Ouagadougou et la prise d’empreinte digitale dans le Service Technique de Recherches Judiciaires.

L’Ecole Nationale des Sous-Officiers de la Gendarmerie (ENSOG)  a pour mission d’assurer la formation initiale au sein de la gendarmerie nationale  pour deux ans, selon le Capitaine  K. Stéphane Sessouma, commandant ladite école. Et le stage  « brigade »  est organisé au profit des élèves durant la 2e année. « L’objectif du stage est de faire en sorte qu’ils puissent tenir les emplois,  notamment de planton, au sein de la brigade.  Du même coup, ça permet aux élèves de mettre en pratique tous ce qu’ils ont pu accueillir comme connaissance théorique  à l’école.  C’est une formation professionnelle donc ça permet de combler justement ce vide de sorte qu’à leur sortie, immédiatement  on doit pouvoir les employer dans les brigades », a-t-il déclaré.

Le Capitaine  K. Stéphane Sessouma, Commandant l’Ecole Nationale des Sous-Officiers de la Gendarmerie.

Ces élèves sous-officiers  de la Gendarmerie Nationale de la 47e promotion ont débuté le stage le lundi 26 avril 2021  et finissent le 25 mai. Ils sont répartis sur l’ensemble des brigades du territoire national. Il est à noter que pendant leur stage, ils sont toujours accompagnés par les anciens.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

 



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page