Crise dans le système éducatif : Les parlementaires du CDP appellent le gouvernement à « assumer sa responsabilité »

Le Groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a fait, le mardi 1er juin 2021, le point de sa participation à la première session ordinaire de l’année, tenue du 3 mars au 28 mai 2021. Ce groupe parlementaire d’opposition, faut-il le rappeler, compte 15 députés.

« Un devoir de redevabilité ». C’est à cet exercice que s’est soumis le Groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le mardi 1er juin 2021 pour exposer le bilan de sa participation à la première session ordinaire de l’année. Au cours de cette session, 30 projets de lois ont été adoptés au nombre desquels, 20 projets de lois portant sur des accords de ratification, 4 résolutions portant validation de mandats de députés et élection de juges parlementaires et 10 autres lois ordinaires.

« Notre groupe parlementaire a voté ‘’contre’’ »

De ces lois ordinaires, le Président du groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) en a cités, entre autres, la loi portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel, la loi portant prorogation du mandat des conseils municipaux et régionaux, et la loi portant régime de sécurité sociale, applicable aux agents publics de l’Etat et celle applicable aux travailleurs salariés du privé.

Pour ces textes, le groupe parlementaire de l’opposition dirigé par Achille Tapsoba a donné son quitus. Mais pour d’autres faits marquant cette session ordinaire, le groupe n’a pas livré son approbation. Il s’agit par exemple de la Déclaration de la politique générale, exposée par le Premier ministre Christophe Dabiré, le 4 février 2021.

« Notre groupe parlementaire a voté ‘’contre’’ », a rappelé le président du groupe avant de s’expliquer. « La Déclaration de politique générale du Premier ministre étant la mise en œuvre du programme du candidat de la majorité, le Groupe parlementaire a estimé que son programme porté par son candidat (Eddie Komboigo, ndlr), reste pertinent et le meilleur pour le développement du Burkina Faso », a fait savoir Achille Tapsoba.

Quant à la Déclaration sur la situation de la nation, exposée par Christophe Dabiré le 20 mai 2021, le groupe parlementaire dit être resté sur sa faim. « Les députés de notre groupe ont jugé insuffisantes les réalisations du gouvernement au regard de l’immensité des attentes et des besoins prioritaires des populations », a indiqué Achille Tapsoba.

Au cours de ce « devoir de redevabilité », le groupe s’est également exprimé sur les récents remous constatés au sein du monde éducatif suite à l’application de certaines réformes. Pour les parlementaires du CDP, une sortie de crise passe « nécessairement par une véritable concertation » avec tous les acteurs du monde éducatif, « y compris les élèves ».

« assumer sa responsabilité »

Partant, Achille Tapsoba et ses camarades ont appelé le gouvernement à « assumer sa responsabilité » afin de trouver « une issue convenable à cette crise pour le bien [des] enfants, des parents, des enseignants et de la nation ».

En rappel, à l’issue des élections législatives du 22 novembre 2020, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a obtenu 20 sièges à l’Assemblée nationale. 15 députés se sont ensuite coalisés pour former le groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès et les 5 restants ont rejoint d’autres députés de l’opposition pour former le groupe parlementaire Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN). 

Lire 👉 Burkina Faso : Alfred Sanou démissionne du CDP



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page