Mine et orpaillage : Des ressortissants de Poura réaffirment leurs inquiétudes

526 0

Dans un mémorandum daté du 29 mai 2021 et remis aux responsables de la Mairie de la Commune de Poura, des jeunes expriment, au nom de la population, leur mécontentement face, entre autres, à l’utilisation de broyeurs et produits chimiques par les sociétés minières et les orpailleurs dans la ville.

« Nous venons, par le présent mémorandum, vous traduire toute notre indignation et inquiétude concernant l’activité d’orpaillage dans la ville et dans nos concessions, notamment l’utilisation des broyeurs, des produits toxiques nocifs tels que le cyanure, le mercure, etc. », entame le mémorandum signé du porte-parole des jeunes, Hervé Sankana, ainsi que quatre autres ressortissants de Poura.

A travers cette missive, l’après-fermeture de la société minière de SOREMIB en 1999 laisse toujours perplexe la population initiatrice du mémorandum. Les bacs à cyanure à ciel ouvert, des carrières à ciel ouvert, la nappe phréatique en danger, l’environnement en pollution et autres sont des témoins existants qui suscitent questions et indignations au sein de la population.

« Pire, après cette fermeture, les orpailleurs se sont adonnés à une nouvelle pratique notamment l’utilisation des broyeurs de minerais et des produits chimiques nocifs tels que le cyanure, le mercure et autres produits toxiques dans la ville de Poura et dans les concessions », déplorent les signataires du mémorandum.

Transmettre les doléances aux plus hautes autorités du Burkina Faso

Tout en se souciant des conséquences notamment sanitaires et environnementales de cette situation, ils disent applaudir la délibération du Conseil municipal interdisant l’utilisation des broyeurs à Poura. Chose qui permettrait, lit-on, à assainir la ville et faire d’elle un lieu d’aujourd’hui et de demain où il fait bon vivre ; même si certains individus se sont levés contre cette mesure d’interdiction.

Font partie des revendications contenues dans le document, le maintien de la délibération d’interdiction des broyeurs à Poura, la mise en place d’une commission de suivi de la mise en œuvre de la délibération du Conseil municipal, la délocalisation immédiate et sans condition de ces broyeurs hors de Poura, la destruction diligente des résidus de bacs à cyanure, des sanctions à l’encontre des individus récalcitrants et/ou leurs complices, la fermeture immédiate des trous servant à l’utilisation de ces broyeurs et l’encadrement des activités aurifères par les services compétents.

Les signataires du mémorandum demandent, par ailleurs, aux responsables de la Mairie de Poura de transmettre leurs doléances aux plus hautes autorités du pays. Appel a également été lancé à l’endroit du ministère en charge des mines à mener des investigations approfondies avant d’octroyer un permis d’exploitation à quiconque.



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *