Transport marchandises au Burkina Faso : Des acteurs disent non à l’installation de l’entreprise  Afrique Pesage

310 0

Le Mouvement des transporteurs contre l’installation de la vie chère au Burkina Faso (MTCIVC) n’est pas favorable à l’installation de la société étrangère « Afrique Pesage » au Burkina Faso. Il l’a fait savoir ce mardi 1er juin 2021 au cours d’un point de presse à Ouagadougou.

Des transporteurs de marchandises ont affirmé que des conducteurs ont rapporté qu’une mesure a vu le jour entre les décideurs et la firme étrangère Afrique Pesage sur la tarification des marchandises. Selon eux, c’est une décision qui a été prise sans l’implication des principaux acteurs à savoir les transporteurs et propriétaires des camions, citernes et remorques.

Lassané Dipama, porte-parole du mouvement, a indiqué que les mêmes camions et remorques maliens transportant le même tonnage au chargement au port de Lomé traversent les territoires togolais et burkinabè. Par contre, selon lui, les camions burkinabè du même tonnage subissent une répression sans précédent avec la complicité affichée d’Afrique Pesage.

“L’Europe s’est débarrassée de ses anciens conteneurs de 40 pieds pour servir à l’Afrique des conteneurs de 45 pieds dans le seul but d’augmenter leurs profits”

Au regard des conséquences de la mise en place de cette entreprise, ils disent non à son installation.

« L’Europe s’est débarrassée de ses anciens conteneurs de 40 pieds pour servir à l’Afrique des conteneurs de 45 pieds dans le seul but d’augmenter leurs profits. Cette nouvelle configuration de conteneurs implique la modification des plateaux de nos camions pour supporter la longueur et la largeur des nouveaux conteneurs », a expliqué Lassané Dipama.

Il a indiqué que les autres pays en l’occurrence le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Togo et le Mali se sont conformés, sauf le Burkina Faso.

Ainsi, les transporteurs ont exigé que le Centre de Contrôles des Véhicules automobiles (CCVA),  homologue leur carte grise au même titre que les camions des autres pays de la zone UEMOA qui ont subi des modifications, suite à l’avènement des nouveaux conteneurs imposés par l’Europe.

« Nous exigeons également une bascule uniforme entre celle de la Chambre de commerce burkinabè et celle de la firme étrangère Afrique Pesage. 46 camions de poids jugés conformes par la bascule de la Chambre de  commerce burkinabè ont été mis en immobilité pendant près de 4 à 5 jours par la balance d’Afrique Pesage pour surcharge. Après une dénonciation suivie d’une constatation, 41 des 46 camions ont été libérés des mains d’Afrique Pesage qui  a reconnu la défaillance de leur bascule », a déclaré le porte-parole du mouvement.

Il a relevé qu’après avoir stationné pendant plusieurs jours des camions qui transportaient des marchandises périssables ont vu la décomposition à 80% de certains de leur contenu.

Par ailleurs, il a annoncé que si la situation ne change pas, le prix des produits de premières nécessités connaîtront une flambée avec comme corollaire la vie chère.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *