Burkina Faso : Le groupe parlementaire RDJ invite à la limitation des partis politiques

305 0

Le groupe parlementaire le Rassemblement pour la Démocratie et la Justice (RDJ) a invité à la limitation des partis politiques, ce mercredi 2 juin 2021, à Ouagadougou. Il a également présenté le bilan de sa participation à la première session parlementaire de l’Assemblée Nationale.

Le groupe parlementaire Rassemblement pour la Démocratie et la Justice (RDJ)  a, à son tour présenté sa participation aux activités de la première session parlementaire de la 8e législature ce mercredi 2 juin 2021. En effet,  ce groupe  a participé en commissions aux instances parlementaires et en séances plénières pour l’adoption et la ratification des textes législatifs. Il a aussi participé au contrôle de l’action du gouvernement à travers les séances questions écrites ou orales.

Selon le président du groupe parlementaire RDJ, Halidou Sanfo, une trentaine de lois ont étés adoptées  et deux projets de loi ont été retirés par le gouvernement. Il s’agit du projet de loi portant organisation et règlementation des activités statistiques et celui  portant modification de la loi n°022-2014/AN du 27 mai 2014 portant répression de la torture et des pratiques.

Le retrait de ces deux lois obéit à l’article 104 du règlement de l’Assemblée Nationale (AN), selon les dires du président du groupe parlementaire RDJ. « Quand le gouvernement soumet des lois à l’Assemblée Nationale  et entre temps au moment de l’examen en commission s’il y a des défaillances importantes, le  gouvernement a la possibilité de retirer son projet de lois pour mieux l’affiner parce que si c’est l’AN qui rejette, ça met du temps. Il faut 6 mois après pour que la loi puisse revenir », a-t-il expliqué.

Le RDJ a, par la voix de son président Halidou Sanfo, affirmé sa fierté d’appartenir à la majorité parlementaire

 Le RDJ a également donné sa lecture sur l’actualité du pays notamment l’insécurité et les remous scolaires. Appelant le gouvernement à intensifier les actions déjà entreprises, le groupe parlementaire dit regretter cette situation de débordements des manifestations qui ont entrainé des pertes en vies humaines. « Nous invitons le gouvernement à user des moyens de dialogue, de concertation pour dénouer la crise et permettre de sauver l’année scolaire », a appelé Halidou Sanfo.

Sur la question de la limitation des partis politiques, Germaine Pitroipa, membre du RDJ, a affirmé que cette multiplication « anarchique » des partis  fausse la démocratie. « Au moment des élections, à Ouagadougou, il y avait 88 partis. Quel était le programme de ces partis pour résoudre le problème par exemple de  l’occupation anarchique des voies de villes ? La limitation serait bien, ne serait-ce que le jeu démocratique puisse se faire idées par des idées, des propositions de sociétés et non pas des combats de personnes », a-t-elle déclaré.

Abdoul Wahabou Drabo a,  de son coté, renchéri cette idée de la  députée Germaine Pitroipa, en  affirmant qu’il faut penser à la limitation des partis, car le Burkina Faso est un pays démocratique. Par conséquent,  il faut tenir compte des opinions de tout le monde.

Le groupe parlementaire Rassemblement pour la Démocratie et la Justice (RDJ) s’inscrit dans la majorité présidentielle. Il regroupe vingt et un (21) députés provenant de neufs (9) Partis politiques.

Alice Suglimani THIOMBINO

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *