Atelier de Planification Stratégique en préparation du Programme Décentralisation et Cohésion Sociale 2021-2024

339 0

Du 25 au 26 mai 2021 s’est tenu à Ouagadougou, l’Atelier de Planification Stratégique du Programme Décentralisation et Cohésion sociale (PDCS) financé par la coopération allemande et exécuté par la GIZ. La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD), Monsieur Pierre BICABA qui a remercié la GIZ pour les résultats atteints au cours de la phase antérieure du programme, connu sous l’appellation Programme Décentralisation et Développement Communal (PDDC).

Cet atelier visait à définir ensemble avec les partenaires venus des régions et du niveau central, les orientations stratégiques du PDCS pour les trois ans à venir. Les participant(e)s présents à ce rendez-vous ont pu partager leur expertise à travers des travaux de groupe. Le but était de comprendre le contexte d’intervention du PDCS, de comprendre le quotidien des actrices et acteurs concernés afin de proposer une méthodologie et une approche adaptée pour la mise en œuvre du PDCS.

Un atelier participatif et concerté

Le Programme Décentralisation et Cohésion Sociale entend permettre au plus grand nombre de citoyens, en particulier aux plus vulnérables, de participer aux prises de décisions au niveau local et de bénéficier d’un meilleur accès aux services sociaux de base, notamment en matière d’accès à la santé, à l’eau et à l’éducation. L’accroissement des recettes propres pour le financement de ces services de base ou encore l’accélération de la digitalisation font également partie des objectifs.

Au cours de cet atelier de Planification Stratégique, il fallait donc penser stratégie d’inclusion, compréhension des enjeux et résultats attendus. Il fallait aussi veiller à ce que tous les acteurs soient impliqués. Le pari pour cette étape est gagné, selon Madame Damien Ini, Présidente de l’Association pour la Promotion Féminine de Gaoua : « Je dois dire qu’en nous invitant à cet atelier de planification stratégique du PDCS ; pour moi qui suis venue du Sud-Ouest, j’ai pu constater la participation de tous les acteurs, les autorités administratives, les OSC, les bénéficiaires. Cela prouve qu’il y a eu un travail préalable qui avait été déjà fait et nous nous sommes venus compléter. Non seulement, c’est participatif mais c’est concerté et cette concertation est le résultat d’un bon travail… ».

Cet atelier était également l’occasion pour les groupes d’acteurs, d’exprimer leurs attentes vis-à-vis de ce nouveau programme. Madame Damien Ini, à ce sujet déclare : « En tant que membre de la Société Civile, mes attentes vis-à-vis du PDCS, c’est que la théorie que nous avons pu voir à cet atelier puisse être répliqué sur le terrain. Pour atteindre les objectifs on a besoin de tout le monde dans un processus continu. De la même manière que vous avez procédé pour élaborer cette planification stratégique, ça devrait être pareil sur le terrain. Ce n’est pas seulement avec les communes que vous allez atteindre des objectifs. Vous avez besoin de beaucoup travailler avec les Organisations de la Société Civile qui sont sur le terrain et qui connaissent les réalités du terrain. Les solutions doivent être endogènes ».

Michel YOUMA, Secrétaire Exécutif de l’Association des Personnes Handicapées du Gourma qui est venu de Fada N’Gourma, insiste pour sa part sur la prise en compte des personnes en situation de handicap par le PDCS. Il soutient de ce fait que « J’aimerais, en tant que personne en situation de handicap, que ces personnes soient impliquées dans tous les processus SECOS et PAI, afin que leurs besoins soient pris en compte. Dès lors, ils ne se sentirons pas exclus et ne seront pas frustrés. Ainsi, on sentira qu’il y a la cohésion sociale, qu’il y a la prise en compte des besoins des personnes en situation d’handicap ».

Les expert (e)s présent (e)s à cette rencontre sont unanimes quant aux enjeux de taille à relever par le PDCS. Ils seraient de trois (03) ordres : la cohésion sociale pour renforcer le bien vivre ensemble au Burkina Faso ; l’implication des enfants et des jeunes dans le processus du développement local et le dernier qui concerne la réalisation d’infrastructures sociocommunautaire non discriminatoires et la participation des personnes défavorisées tant dans la conception des ouvrages que dans la réalisation et la mise en œuvre.

 

De la Planification Stratégique à la Planification Opérationnelle

Avoir une compréhension commune et partagée du plan stratégique et des objectifs du programme, avoir un plan opérationnel et des objectifs alignés sur les stratégies et objectifs du programme ; ou encore planifier avec les partenaires au niveau régional les activités prioritaires à réaliser en 2021, tels sont les objectifs assignés aux ateliers de Planification Opérationnelle qui se tiennent du 01 au 04 juin 2021, de manière simultanée, à Fada N’Gourma et à Gaoua. Cette période importante qui voit la participation des autorités administratives de la région de l’Est et du Sud-Ouest, a permis aux actrices et acteurs présent(e)s d’identifier l’ensemble des activités requises pour garantir une réussite des activités du PDCS malgré le contexte sécuritaire difficile.

Grâce à la coopération entre l’Allemagne et le Burkina Faso, le PDCS s’inscrit dans une dynamique de développement local durable et vient ainsi en appui aux trente 30 communes partenaires et leurs acteurs dans les régions de l’Est et du Sud-Ouest à travers le renforcement de leurs capacités, en améliorant les conditions de vie des populations et en encourageant la participation active des citoyen(ne)s.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *