Deuil national au Burkina Faso : Un réseau de femmes appelle les Burkinabè à s’habiller en blanc le 7 juin

Le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO du Burkina Faso (REFSFECO-BF) a décidé de s’habiller le lundi 7 juin 2021 en blanc pour soutenir le deuil national. Il appelle les Burkinabè  à adhérer à l’initiative.

Tous en blanc le lundi 07 juin 2021 pour soutenir les familles endeuillées, telle est l’action que le REPSFECO entend mener dans ce contexte marqué par le deuil national. Pour Fatimata Ouilma Sinaré, présidente du REPSFECO-BF, « cet appel que nous avons lancé depuis hier c’est pour apporter notre soutien et notre accompagnement à ce deuil national qui a été décrété par le président du Faso et également soutenir les familles des victimes ».

C’est également un message fort à l’endroit de toute la population du Burkina Faso pour que tout le monde se mette en union nationale commémorative à travers le port du blanc. Elle insiste que « ce n’est pas une obligation mais plutôt une manifestation de solidarité et un rappel à la reconnaissance envers les actions des FDS (Forces de défense et de sécurité, ndlr)».

 

En plus de ce geste, le réseau compte communiquer avec les autorités religieuses afin que le vendredi et le dimanche, respectivement les musulmans et les chrétiens, non seulement se mettent en blanc, mais aussi puissent orienter leurs sermons sur cette tragédie en vue d’apaiser les cœurs et les esprits. La responsable du réseau demande également qu’une journée nationale de jeûne soit décrétée pour demander la miséricorde de Dieu afin qu’il puisse repousser les ennemies de la nation.

« Nous n’allons pas pleurer avec des larmes mais nous allons pleurer en portant du blanc »

Elle explique qu’il s’agit d’un manifeste pour faire voir la pureté et la sincérité. Une façon pour la structure de démontrer l’union qui existe au sein de l’opinion burkinabè. « Un regroupement n’est pas prévu, mais c’est chacun de par sa position  doit manifester sa solidarité à travers sa couleur vestimentaire », a laissé entendre Fatimata Sinaré.

Elle ajoute que « dans le contexte socioculturel du Burkina Faso le premier recours dans une situation de crise c’est le besoin de se ressourcer et de prendre de l’énergie pour mieux agir ». Selon elle, « nous n’allons pas pleurer avec des larmes mais nous allons pleurer en portant du blanc ». Pour elle, les actions des terroristes ont pour objectif de briser l’élan de cohésion dans lequel le Burkina Faso s’est lancé et le REPSFECO-BF ne peut qu’apporter sa contribution.

En rappel, le Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO (REPSFECO) a été créé sous l’initiative du centre de l’initiative du Centre de la CEDEAO pour le Développement du Genre (CCDG). Le réseau a une représentation dans chaque pays membre dont le Burkina Faso.

Sanata GANSAGNE (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page