Burkina Faso : L’ONG Help pour l’effectivité de l’assurance maladie universelle

352 0

L’Organisation Non Gouvernementale Help-Hilfe Zur Selbsthilfe a organisé un atelier national de plaidoyer sur l’Assurance Maladie Universelle (AMU) et sur la veille communautaire autour de l’accès aux soins de santé. L’atelier s’est tenu ce lundi 14 juin 2021 à Ouagadougou sous le patronage du Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la santé.

L’ONG HELP a initié ce 14 juin 2021 un atelier en vue de faire un plaidoyer pour l’effectivité de l’Assurance maladie universelle (AMU) et la promotion de veille communautaire sur l’étendue du territoire burkinabè. Cet atelier intervient dans le cadre du programme d’appui à la politique sectorielle de santé phase II (PAPSII) répondant aux objectifs du référentiel national de développement qui est de promouvoir la santé de la population et d’accélérer la transition démographique.

Pour contribuer à l’atteinte d’un des objectifs du programme qui est d’opérationnaliser l’AMU, l’ONG Help, en consortium avec l’organisation pour les droits à la santé et au développement (ODSAD) et l’Association Action Gouvernance Intégration Renforcement (AGIR), a mis en œuvre le projet de promotion des droits à la santé de l’enfant et de la mère dans la région des Hauts-Bassins de mars 2018 jusqu’en mai 2021.

C’est un projet qui a permis la mise en place d’un mécanisme de veille communautaire composé de 512 acteurs communautaires répartis dans les 33 communes et 476 villages des Hauts-Bassins. Selon Drissa Traoré, point focal de la commune de Satiri, plus de 1000 cas ont été traités en trois ans de mise en œuvre du projet.

Rapporter les difficultés que les populations vivent…

« L’objectif de cet atelier, c’est non seulement de partager les résultats engrangés par le projet, mais également faire le plaidoyer pour une accélération de la mise en œuvre de l’AMU avec une prise en compte de la veille communautaire à l’échelle nationale », a indiqué Kristina Rauland-Yambré, directrice pays de Help.

Pour le Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la santé, le projet est salutaire. «Nous avons pensé qu’il était important d’accompagner ce type de projet qui permet de mettre en œuvre des cellules de veille communautaire pour rapporter les difficultés que les populations vivent au niveau des formations sanitaires», a-t-il dit.

Le ministre a également ajouté que le ministère souhaite l’accompagnement des partenaires techniques et financiers pour que la mise en place de ces cellules de veille en collaboration avec l’inspection du ministère de la santé puisse lutter contre les barrières qui réduisent l’accès aux soins de santé des populations.

Sanata GANSAGNE (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *