Intégration sous régionale : « Il faut rationaliser les ressources et les pertes » (Pauline Zouré)

539 0

Le Millennium Challenge Corporation (MCC) a organisé une table ronde sur l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest ce jeudi 17 juin 2021. L’objectif de cette rencontre tenue en visioconférence était de créer un cadre d’échange sur le thème avec des représentants du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Système d’échanges d’énergie électrique ouest africain (West African Power Pool) et de la Banque mondiale.

Discuter sur le rôle joué par les marchés régionaux dans l’économie de l’Afrique, c’est sous cet objectif que la rencontre du jour a eu lieu. Tour à tour, les représentants du Burkina et de la Côte d’ivoire sont revenus sur la nécessité de fédérer les efforts afin d’arriver à un véritable développement. Pour Pauline Zouré, Ministre déléguée auprès du Ministre burkinabè de l’Économie, des Finances et du Développement, chargée de l’Aménagement du Territoire et de la Prospective, l’importance de l’intégration régionale est grande.

Selon ses propos, « il faut rationaliser les ressources et les pertes ». Une déclaration qu’elle estime être une preuve que le « pays des Hommes intègres » considère la question de l’intégration comme « un point très important ». Elle préconise alors de garantir un climat propice aux affaires afin de procéder à une accélération de l’économie.  « L’intégration est la solution pour sortir de la crise et créer de la richesse et arriver à un véritable développement », a-t-elle expliqué.

Un partage d’énergie

Un autre point abordé lors de cette rencontre a été la question de l’énergie. Toujours dans la logique de l’intégration,  Apollinaire Ki, secrétaire général Système d’échange d’énergie électrique Ouest Africain, a souligné qu’il faut créer un ensemble pour mobiliser les ressources nécessaires. Et ce, dans le but d’arriver à pouvoir exploiter les ressources énergétiques. A long terme, les Etats voudraient arriver à faire du partage d’énergie dans la sous-région. En effet, Bachir Ismaël Ouédraogo, ministre de l’énergie du Burkina Faso a expliqué qu’avec son fort potentiel en soleil, le « pays des Hommes » peut être un fournisseur d’énergie solaire pour les autres pays.

Il a alors expliqué le principe de partage. Selon ses propos, le Burkina va offrir l’énergie (solaire) aux autres pays la journée et basculer vers l’importation la nuit. Un partenariat « gagnant-gagnant ».

Pour la représentante de la Banque Mondiale à la rencontre, Deborah Wetzel,  l’intégration régionale est « essentielle» pour redynamiser l’économie. Ne cachant pas ses inquiétudes face à l’instabilité de la région en proie à l’insécurité et aux crises politiques, elle a appelé à faire profiter de ce développement à toutes les populations.

En guise d’information, il faut retenir que le MCC a signé un protocole d’accord avec le gouvernement du Burkina Faso et celui de la  Côte d’Ivoire, ainsi. Un accord de coopération a aussi été conclu avec le Système d’échange d’énergie électrique ouest africain, dans le cadre d’un programme d’intégration régionale sans précédent. Il a permis au MCC de s’appuyer sur les investissements régionaux transfrontaliers pour relever les défis économiques, et élargir les marchés régionaux et l’accès à l’énergie pour produire un impact à plus large échelle sur la réduction de la pauvreté en Afrique de l’Ouest.

Basile SAMA

Burkina 24

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *