Zakat House au Burkina: La maison chargée de collecter et de gérer l’aumône obligatoire en Islam

428 0

Lassané Sakandé est Imam au Cercle d’étude, de réflexion et de formation islamique (CERFI). Il est le Directeur général de la Zakat House au Burkina Faso qui a une structuration calquée sur l’organisation du CERFI pour lui permettre d’atteindre efficacement ses résultats. La Zakat House appartient à toute la Oumma islamique dans son ensemble. En termes de mission, elle a la charge d’identifier les personnes imposables et de collecter la Zakat (aumône) dans toutes ses natures (la Zakat Maal, la Zakat El Fitr, les Awquafs, les legs, etc.). Dans les lignes qui suivent, Lassané Sakandé donne plus de détails sur cette aumône obligatoire en Islam et la structure nationale chargée de sa collecte et de sa gestion.

Burkina 24 (B24) : Pourquoi la Zakat House au Burkina Faso ?

Lassané Sakandé (L.S) : C’est un vieux projet du CERFI qui était de mettre en place une structure formelle qui sera chargée de collecter et de gérer la Zakat. Parce qu’on a constaté que jusqu’à la création de la Zakat House, il n’y existait pas une structure formelle dans le domaine. C’était plutôt de façon individuelle et personnelle. Certains prélevaient leurs Zakat et donnaient à qui ils veulent, souvent à des personnes non bénéficiaires.

L’impact de la Zakat dans l’amélioration des conditions de vie des populations n’était pas visible. Egalement, plusieurs musulmans ont un déficit d’informations sur la Zakat. Donc par ignorance, beaucoup ne prélevait pas. Il y avait la nécessité de mettre en place la Zakat House. Il faut signaler que ce n’est pas une institution du CERFI seulement. La Zakat House concerne l’ensemble des musulmans du Burkina Faso. C’est une institution financière à caractère social, d’envergure nationale. Elle a pour mission principale de collecter et de gérer les ressources de la Zakat.

La Zakat est le 3e pilier de l’Islam qui est une aumône obligatoire pour tout musulman remplissant les conditions au profit des plus démunis qu’on appelle bénéficiaires. A la différence de la Zakat El Fitr qui est l’aumône de la rupture du jeûne de Ramadan, la Zakat peut être prélevée en argent liquide, en céréales dès la récolte, avec les animaux, l’or, l’argent métal.

Depuis le lancement de la Zakat House en novembre 2020, on note un engouement certain. On a pu collecter pas mal de Zakats. Même à l’extérieur du pays, des Burkinabè contribuent. On profite dire merci aux musulmans, et qu’ils peuvent toujours nous faire confiance. 

B24 : Quelles sont les personnes qui doivent prélever la Zakat ?

L.S : Il y a essentiellement trois conditions à remplir pour prélever la Zakat. La première condition, c’est le fait d’être musulman. La deuxième consiste à avoir le seuil imposable appelé le Nissab qui est actuellement évalué à 430.000 FCFA. Donc celui qui a pu épargner une somme minimale de 430.000 FCFA au bout d’une année, doit prélever la Zakat qui correspond au 2,5% de cette somme qu’il doit donner aux ayants droit.

La troisième condition, c’est d’avoir l’âge de la puberté à partir de laquelle la Zakat devient obligatoire. Mais par rapport aux enfants, j’aimerais souligner qu’il arrive souvent qu’on épargne de l’argent pour des mineurs ou bien il peut s’agir d’un héritage. Si cet argent atteint le seuil imposable, les parents doivent prélever la Zakat sur cette épargne. Même si c’est dans un compte bloqué, ils doivent trouver le moyen de le faire.

La Zakat peut aussi être prélevée et remise de façon anonyme. C’est recommandé en matière d’œuvre utile. Mais le plus souvent, on peut s’afficher en ayant l’intention d’inciter d’autres personnes à suivre l’exemple. Parce que si tout le monde se cache, ce sera comme si personne ne fait.

B24 : Quid du salarié ?

L.S : Il peut arriver que le salarié n’arrive pas à épargner alors que la Zakat est généralement prélevée sur l’épargne. Pour ces derniers, qui ne sont pas forcément pauvres en fonction de leur niveau de vie, il faut savoir qu’ils sont imposables. Si nous regardons les agriculteurs, nos parents qui n’ont pas peut-être notre niveau de vie, mais qui sont obligés de prélever la Zakat, qui s’élève de surcroît de 5 à 10%, dès la récolte et avant même consommation.

Donc, pour le salarié, qui arrive à épargner jusqu’au Nissab, au bout de l’année, il doit prélever les 2,5%. Contrario, s’il n’arrive pas à épargner, alors qu’il a un salaire à la fin du mois, il doit prélever 2,5% du tiers de son salaire annuel. En exemple, pour un salaire mensuel de 300.000 FCFA net, c’est seulement 30.000 FCFA qu’il paye pour la Zakat de toute l’année, sur les 3.600.000 FCFA qu’il a gagnés toute l’année. Cela ne va pas le rendre plus pauvre. Au contraire, cela va, non seulement, purifier nos biens, mais aussi contribuer à les fructifier davantage.

B24 : Qui est autorisé à collecter et gérer cette aumône en Islam ?

L.S : En réalité, la collecte de la Zakat doit être organisée. Une Mosquée peut effectivement s’organiser et mettre un comité en place qui sera chargé de collecter la Zakat des fidèles. Mais, à ce niveau, le plus important sera la destination de cette Zakat collectée. Puisque la Zakat a des bénéficiaires qui sont bien spécifiés dans le Saint-Coran.

Donc, à partir du moment où ces derniers collectent la Zakat, ils sont bénéficiaires. Parce que les collecteurs peuvent en bénéficier même s’ils ne sont pas dans une position de démunis, mais pour le fait qu’ils travaillent dans la collecte. S’il y a vraiment une organisation et que c’est destiné à une œuvre utile au profit de toute la population, il n’y a pas de problème.

B24 : Expliquez-nous le processus de collecte et de gestion de la Zakat au sein de la Zakat House au Burkina Faso.

L.S : Il faut dire que nous avons plusieurs modes de collecte de la Zakat. Nous avons des collecteurs mobiles que nous avons recrutés qui sont chargés de sillonner les services publics et privés, les marchés et Yaars à la recherche de potentiels contribuables pour, non seulement, leur parler de la Zakat, son caractère obligatoire, ses conditions, mais aussi leur parler de la Zakat House, ses missions, ses objectifs, etc.

Il s’agit également de les inviter à confier la gestion de leur Zakat à la Zakat House. Donc, ses derniers peuvent payer directement avec ces collecteurs et en retour, ils recevront un reçu de paiement. Tout comme ils peuvent envoyer via les monnaies électroniques (64642727, 62756728) ou faire des virements bancaires. Nous sommes en train de voir la possibilité pour le musulman de souscrire directement depuis le Trésor public ou sa banque. La personne peut également se déplacer pour venir au siège de la Zakat House sis au 1200 Logements, au sein du siège du CERFI à Ouagadougou.

Nous sommes en train de travailler la Zakat autrement. Et notre idée est de quitter une Zakat de consommation courante à une Zakat d’investissement et de développement. Avec l’argent collecté, nous allons investir dans des projets structurants et durables au profit de toutes les populations sans distinction de religion. Nous comptons aussi financer des microprojets afin de contribuer à lutter contre la pauvreté et à éradiquer le chômage.

Il y aura des suivis pour permettre aux personnes de quitter leur situation de bénéficiaires à celle de contribuables. C’est l’idéal. Nous comptons également investir dans les infrastructures socioéducatives, dans la construction de centres de santé, des forages au profit des populations vulnérables, etc.

Propos recueillis par Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *