Burkina Faso : Un réseau de six délinquants appréhendé par la police

335 0

Ils s’étaient spécialisés dans les cas des bris de scellé, vol et altération de balises de transit et câbles électroniques, fraude de marchandises, faux et usage de faux en écriture publique et contrefaçon des sceaux de l’État. Ce réseau de délinquants de six membres dont d’autres sont en cavale a été démantelé par les éléments de la police du commissariat de Nongr-Maasom en collaboration avec la Douane. La présentation des présumés auteurs est intervenue ce lundi 21 juin 2021 à Ouagadougou.

Après plusieurs plaintes émises par la Douane burkinabè et la société COTECNA SARL Burkina, les agents de police du commissariat de Nongr-Maasom ont pris la question à bras le corps, et les enquêtes entreprises leur ont permis d’appréhender un présumé réseau des auteurs de cette bande.

La commissaire principale du commissariat de Nongr-Maasom au milieu

La brigade de recherches et d’intervention du commissariat de police de l’arrondissement de Nongr-Maasom a reçu le 25 mai 2021, une plainte du bureau de suivi de transit de la Direction générale des douanes et de COTECNA pour des faits de bris de scellé, vol et altération de 400 balises de transit et câbles électroniques, fraude de marchandises, faux et usage de faux en écriture publique et contrefaçon des sceaux“, a renseigné la commissaire principale du commissariat de Nongr-Maasom, Natacha Zoungrana.

À l’issue des investigations, la police a saisi plusieurs objets notamment, cinq balises de transit, un lot de documents composés des états de chargement, des acquis donnés à partir de la frontière, des bons de sortie de Douane, des bordereaux de sortie de la chambre de commerce, des documents du conseil burkinabè des chargeurs contrefaits, un cachet de la chambre de commerce contrefait, un cachet payé en espèces, un dateur, un encreur rouge et divers documents de Douane ont été retrouvés dans les domiciles des délinquants lors de la perquisition.

La commissaire principale de Nongr-Maasom a laissé entendre qu’après une enquête préliminaire, le 29 mai 2021, un individu (K.O) membre de la bande a été interpellé. Selon les propos de la première responsable du commissariat de Nongr-Maasom, après l’interrogatoire, le présumé auteur a reconnu les faits qui lui étaient reprochés. “Par ailleurs, ce dernier nous a déclaré qu’il appartenait à un réseau de délinquants dont le cerveau est le nommé Z.O alias “Oussou” “, a-t-elle ajouté.

Le mode opératoire

La poursuite de l’enquête a permis à la police de mettre la main sur six présumés auteurs ayant un mode opératoire assez particulier. “Le mode opératoire du groupe était de deux formes. D’une part, ils approchaient leurs victimes afin d’obtenir les frais de transit de leurs marchandises. En effet, le chef de la bande en la personne de Z.O alias “Oussou” possède des documents douaniers contrefaits se charge de convoyer les conteneurs ou les camions à l’espace du projet Zaca ou à la cité ASECNA à Ouagadougou pour les livrer à ses acolytes, après avoir vandalisé les balises préalablement installées depuis les frontières nationales par COTECNA SARL Burkina, a précisé Natacha Zoungrana.

Les biens saisis par la police après la perquisition des domiciles des délinquants

Elle a signifié que la société COTECNA a pour vocation d’assurer le suivi des conteneurs ou des camions en temps réel depuis leur base de contrôle sise à la Direction générale des douanes. En outre, elle a expliqué que d’une part, le chef de groupe (Z.O) utilisait les bordereaux et autres documents contrefaits pour soustraire les conteneurs ou les camions qu’il convoyait des formalités douanières. Et il détruisait les équipements électroniques de COTECNA pour supprimer les traces.

L’appel de la Douane aux commerçants

Selon les révélations faites par Natacha Zoungrana, le réseau a réussi à convoyer  plus de cinq conteneurs de marchandises qui ont échappé aux services douaniers. Le groupe percevait l’argent pour le transit dont les “montants varient entre 3 500 000 FCFA et 9 000 000 de FCFA” que le groupe se partageait. “La valeur totale estimative du préjudice est de 1 377 277 264 francs CFA à l’étape actuelle de l’enquête“, a-t-elle précisé.

De son côté, la Douane appelle les commerçants à vérifier les documents douaniers que les transitaires leur remettent après chaque opération. Car, elle émet toujours des quittances après chaque opération, soutient le directeur de lutte contre la fraude et de la surveillance territoriale.

Par ailleurs, la police remercie la population pour la collaboration et rappelle ses numéros verts que sont le 17 pour la police nationale, le 16 pour la gendarmerie nationale et le 1010 pour le centre national de veille et d’alerte.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *