Burkina Faso : La filière karité en réflexion à Ouagadougou

Les acteurs de la filière karité tiennent un forum national à Ouagadougou, pour réfléchir sur leur filière. Ce forum a lieu du 24 et 25 juin 2021, sous le thème « rôle et responsabilité des acteurs dans la préservation et restauration des peuplements des karités pour une gestion durable ».

Plus de 150 personnes réunies à Ouagadougou, pour réfléchir sur la vie de la filière karité au Burkina Faso. Il s’agit des acteurs directs composés de producteurs, des transformateurs, des commerçants, des exportateurs et de ceux indirects composés des partenaires techniques et financiers. Leur objectif est de contribuer à une gestion durable de la ressource karité.

Selon l’Inventaire Forestier National 2, 2ème inventaire effectué en 2015, le Burkina Faso dispose d’un peuplement à karité dont le potentiel est estimé à environ trois cent cinq millions quatre cent un mille (305 401 000) de pieds d’arbres, avec une moyenne nationale de 11,49 pieds à l’hectare. Le potentiel de production d’amandes de karité estimé à un million deux cent quarante-sept deux cent quatre-vingt-quatorze (1.274.294) tonnes constitue une des principales sources d’huile végétale et de revenus pour les populations rurales.

Agir

Selon le ministre en charge de l’environnement Siméon Sawadogo, ce forum est une initiative à louer en ce sens que la filière Karité a un apport social économique pertinent au Burkina Faso. «   Malheureusement, nous avons pu percevoir à travers des constats que les chercheurs et même au niveau de visu que le parc de l’arbre de karité est atteint. Nous devons prendre conscience que la diminution de ce parc, le nombre de pieds karité pose problème. Sans cela nous ne pouvons pas avoir notre beurre de karité, nous ne pourrons pas avoir du cosmétique, nous ne pouvons pas avoir des produits pharmaceutiques, etc », a-t-il déploré.

Par ailleurs, il n’a pas manqué de rappeler aux acteurs de la filière karité ce qui devrait être la priorité. « En réalité la filière  commence par le karité lui-même, c’est-à-dire l’arbre karité. Le maillon production, faire en sorte que l’arbre karité existe est un élément très important. Cet arbre fait vivre beaucoup de personnes. Environ cinq cent mille emplois, et 90% sont des femmes. C’est un élément important donc nous avons demandé aux chercheurs de voir si on ne pourrait pas diminuer son cycle de production pour que nous puissions en bénéficier», a-t-il souhaité.

Le forum sera  l’occasion d’exposer plusieurs produits dérivés du karité dont des pommades, de l’huile, du beurre, des chenilles, du jus, des savons.

La rencontre se déroulera  aussi en plénière et en travaux de groupes. A entendre Pamoussa Ouédraogo, directeur national de l’économie verte, à l’issue de ce forum, les recommandations faites doivent permettre d’améliorer les actions de la filière.

Hamadou DIALLO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page