Burkina Faso: La région Afrique propose l’élimination du mercure  pour la COP4

338 0

Le ministère de l’environnement a organisé ce jeudi 24 juin 2021, une journée d’information de la presse sur la proposition d’amendement de la région Afrique dans l’annexe A de la convention de MINAMATA relative au mercure.

Le mercure constitue une substance dangereuse pour la santé humaine et environnementale. Afin de porter haut la proposition d’amendement de la région Afrique  visant à éliminer l’éclairage  au mercure dans  l’annexe A de la convention de MINAMATA, une journée d’information a été organisée ce jeudi 24 juin 2021 au sein du ministère de l’environnement.

Selon  le rapport MIA 2018, le Burkina Faso a importé 573 238 lampes fluorescentes qui sont sources d’émissions et de rejets de mercure et de composé de mercure. Or l’Annexe A ne prend pas en compte toutes les catégories de lampes à mercure. C’est pourquoi l’objectif  de la proposition d’amendement de la région Afrique, qui sera soumise à la COP4, du 1er au 4 novembre 2021,  est l’élimination du mercure.

Roger Baro, Vice-président de la 4e Conférence des parties (COP 4),  a annoncé que  les lampes fluorescentes sont des émetteurs de mercure. Il a affirmé que  que ces lampes ont  une émission  dans l’air de 2,7kg de mercure l’année. 

Roger Barro a conseillé l’usage des lampes led qui ont un avantage sur le plan environnemental, économique et sanitaire.

En sa qualité de vice-président de la conférence des parties, le Burkina Faso constitue la porte d’entrée pour médiatiser cette proposition d’amendement. Elle consiste à attirer l’attention de la communauté internationale sur les dangers encourus par les différentes parties à cette convention et surtout inciter leur adhésion lors de la 4e conférence des parties, soit COP4, à la convention, selon le Secrétaire général du ministère l’environnement Dr Augustin Kaboré.

 « Le mercure a des impacts tant sur la santé humaine et également sur notre environnement. En tant  que pays ayant ratifié toutes ces conventions, le Burkina se fait le devoir d’informer les différentes parties  à cette convention et le Burkina Faso se fait le devoir de former, de sensibiliser les différents acteurs surtout au niveau national sur l’intérêt de la convention, les enjeux de cette convention  et surtout les défis majeurs qui s’imposent à notre pays », a-t-il déclaré.

Le SG du ministère de l’environnement, Dr Augustin Kaboré, a indiqué que le Burkina travaille à sensibiliser les différents acteurs sur les dangers du mercure

Il a laissé entendre qu’au-delà de cette proposition d’amendement, le ministère de l’environnement en tant que porteur de cette convention travaille avec  l’ensemble des acteurs dont  les structures publiques de l’Etat, les acteurs de la société civile et le privé,  afin de sensibiliser sur les dangers du mercure sur la santé humaine mais également sur l’environnement.

La proposition d’amendement de la région Afrique qui vise  à éliminer l’éclairage au mercure dans  l’annexe A de la convention de MINAMATA se tient en prélude de la COP4 prévue du  1er au 4 novembre 2021. Il est à noter que l’objectif de la convention de MINAMATA vise à règlementer les émissions anthropiques et les rejets de mercure et de ses composantes afin de protéger la santé humaine et de l’environnement.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *