Formation des attachés de santé en hémodialyse : « Une première au Burkina Faso et dans la sous-région », selon Dr Isaïe Medah

La première promotion des attachés de santé en hémodialyse entièrement formés au Burkina Faso sont désormais prêts à servir. Les 35 infirmiers ont effectué leur sortie officielle ce jeudi 1er juillet 2021 à Ouagadougou. 

Attaché de santé en hémodialyse est une nouvelle filière d’étude que compte l’Ecole nationale de santé publique (ENSP) au Burkina Faso. Pendant 24 mois de formation, 35 attachés de santé se sont formés dans le domaine de l’hémodialyse.

Durant ces années d’études, les apprenants ont acquis des connaissances en néphrologie et en hémodialyse afin d’être capables d’assurer des soins professionnels préventifs, curatifs chez les patients hémodialysés.

Sortie officielle de la première promotion des attachés de santé en hémodialyse

Le Directeur général de l’école nationale de santé publique, Dr Emile Paré, a indiqué que la création de cette filière était un impératif pour l’amélioration de la prise en charge des patients hémodialysés. « Nous sommes fière aujourd’hui d’avoir pu livrer des infirmiers dans le domaine », a-t-il fait savoir.

Dr Emile Paré a profité de cette sortie pour poser des doléances au ministère de la santé. Il s’agissait essentiellement de l’équipement des laboratoires de simulation pour un meilleur apprentissage des apprenants. Yacou Bama, lauréat de la promotion, s’est dit fier d’appartenir à la première promotion.

« En tant qu’attaché en hémodialyse, notre tâche est essentiellement la dialyse des patients en phase terminale d’insuffisance rénale. La dialyse consiste à effectuer une épuration du sang extrarénale. Les patients viennent pour qu’on leur branche des générateurs qui vont épurer leur sang », a-t-il expliqué.

Dans le monde un adulte sur dix souffre d’une affection rénale.

Le représentant du ministre de la santé, Dr Isaïe Medah, a félicité la première promotion des attachés en santé en hémodialyse.

A l’écouter, dans le monde, un adulte sur dix souffre d’une affection rénale. «Le besoin en soins de dialyse ne fait que croître, rendant très impératif l’ouverture d’autres unités de dialyse », a déploré Dr Isaïe Medah.

Alors, l’ouverture de cette filière donne l’occasion de contribuer à l’amélioration significative de l’état de santé de la population du pays.

« C’est l’infirmier en salle de dialyse qui doit rester auprès du malade dialysé pour l’assister durant sa séance. Il doit être apte à assurer la dialyse, toutes les fois que le malade reviendra pour ses séances qui sont pour la plupart à vie. Cette formation est une première au Burkina et dans la sous-région et c’est une fierté pour nous », a relevé le représentant du ministre de la santé.

En rappel, cette promotion a été baptisée « Pr Gérard Coulibaly ». A noter que le Pr Coulibaly est Maitre de conférences, agrégé en neurootologie, chef de service néphrologique et hémodialyse du centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo.

Debora DARGA

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page