Haltérophilie : Les hommes forts se défient à Bobo-Dioulasso

Le nouveau champion national d’Haltérophilie s’appelle Abdou Razack Ouédraogo. L’homme 84 kg de muscles a remporté la compétition le 27 juin 2021 à Bobo-Dioulasso.

Ils passent leur temps à tailler leurs muscles et soulever des poids lourds dans leurs différents quartiers généraux pour devenir l’homme le plus fort du Burkina Faso.  A l’occasion du championnat national d’haltérophilie, ces colosses ont pu se mesurer dans la ville de Sya.

Dans cette compétition, c’est Abdou Razack Ouédraogo, 84, kg qui sort vainqueur en soulevant une charge cumulée de 230 kilogrammes en arraché et épaulé-jeté. Il succède à Aboubacar Zina champion en 2019. Il s’agit d’une revanche pour Abdou Razack Ouandaogo arrivé troisième cette année-là.

Abdou Razack devance au classement Daouda Sangaré, troisième en 2019 et Aboubacar Zina deuxième avec moins de tentative face à Aboubacar Zina. Chez les filles, Haoua Ouédraogo de Bobo-Dioulasso est la nouvelle championne. Elle remporte la compétition en soulevant 160 kg. Chez les séniors des moins de 84 kg, Lassina Yeda de Bobo-Dioulasso a surpassé les concurrents en soulevant une charge totale de 205 kg.

Les petites catégories à l’affiche

Les champions dans ces catégories remportent chacun la somme de 300 mille francs CFA et la médaille en or, 200 mille pour les deuxièmes et une médaille d’argent et une médaille de bronze et 100 mille francs CFA pour les troisièmes.

Pour préparer la relève de la discipline, la Fédération burkinabè d’haltérophilie a également organisé le championnat pour les petites catégories. Chez les filles dans la catégorie des U18, le titre de championne du Burkina Faso est revenu Donnée Dieu Clarisse Dah de Diébougou.

La championne a soulevé une charge de 105 kg. Alassane Samé, également de Diébougou, s’impose chez les U17 garçons des moins de 71 kg avec une charge soulevée de  165 kg. Les vainqueurs dans cette catégorie repartent avec une médaille en or et 150 mille francs CFA.

« C’est un championnat réussi »

Le président de la Fédération burkinabè d’haltérophilie, Alassane Neya, a salué la tenue de ce championnat puisque celle de la saison écoulée a été annulée du fait du Covid-19. « C’est un championnat réussi. Je vois de plus en plus que les gens s’intéressent à l’haltérophilie et qu’ils savent reconnaître l’haltérophilie dans tous ses recoins. J’ai vu qu’un mouvement mal porté, le public crie. Cela montre qu’il s’intéresse de plus en plus à cette discipline », a indiqué Alassane Neya.

Il a aussi salué les performances réalisées par les haltérophiles. Cela, de son point de vue, est la preuve que la discipline progresse au Burkina Faso. Malgré cela, il a lancé un appel aux entraîneurs : « On doit travailler à performer. Pour cela, les entraîneurs doivent être pointillés dans le coaching des enfants ».

Cette saison, soixante haltérophiles venus de Diébougou, Kaya, Ouagadougou, Dédougou et Bobo-Dioulasso ont pris part à ce championnat.



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page