Burkina Faso : Désormais 165 produits certifiés par l’ABNORM

653 0

Dans le but de promouvoir la qualité des produits et services, il a été créé l’Agence Burkinabè de Normalisation, de la Métrologie et de la Qualité (ABNORM). En vue de jouer pleinement sa mission, elle a organisé une séance de remise de certification ce lundi 5 juillet 2021. Plus d’une vingtaine de produits viennent ainsi s’ajouter à la gamme de produits déjà certifiés. 

Se conformer aux normes, c’est la motivation qui a conduit certaines entreprises à soumettre leurs produits aux tests de certification de l’ABNORM. Selon les propos du ministre en charge de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna Kaboré, « la certification consiste à attester de  la conformité d’un produit par rapport à un référentiel qui est en général une norme ». Et pour arriver à cette étape, deux préalables sont à remplir. Il s’agit de l’audit du système de production du fabricant et une analyse des produits concernés.

Sur les avantages liés à la certification, le patron du département en charge du commerce a souligné que les produits certifiés bénéficient de la confiance des consommateurs, la transparence du marché et une compétitivité des entreprises. « Il faut également noter que la certification des produits permet de soigner l’image de marque de l’entreprise, ce qui lui permet de se démarquer vis-à-vis de ses concurrents », a expliqué Harouna Kaboré. Pour marquer la matérialisation de la certification, les produits vont être marqués du logo « Normes du Burkina Faso » (NBF). Une manière pour permettre aux consommateurs de  faire la différence entre les produits certifiés et non certifiés.

« Ça fait la deuxième année que nous renouvelons notre certificat »

Du côté des entreprises, ce sont des sentiments de joie qui se laissent découvrir. Pour Oumar Tiémogo Cissé, conseiller technique pour le réseau des productrices de beurre de qualité des Hauts-Bassins et des Cascades, la certification est la conclusion d’un long processus de vérification, de tests et de contrôles de la part de l’ABNORM.

« Ça fait la deuxième année que nous renouvelons notre certificat », a-t-il dit. Comme avantage de cette certification, il a indiqué que « cela a permis de disposer de 60 points de ventes à Ouagadougou  et une cinquantaine à Bobo ». L’importance du certificat a été donc expérimentée par le réseau qui a enregistré « un accroissement de leurs chiffres ».

Même son de cloche du côté de la SN-CITEC. Selon le représentant commercial de la société à Ouagadougou, la certification apporte une plus-value dans les affaires. Selon ses dires, cela fait la 3ème  année consécutive que l’huile Savor de ladite société est certifiée.

Un point qui démontre « tout le sérieux et la qualité des produits » de la SN-CITEC.  « Nous sommes fiers et satisfaits dans la continuité de la qualité », a-t-il exprimé. Tout en rappelant que la SN-CITEC  a été la 1ère industrie d’huilerie à recevoir la certification, il a ajouté que le travail continue pour certifier tous les autres produits de la société.

« Afin de mettre des produits de qualité sur le marché, nous disposons d’un instrument qui est l’ABNORM qui accompagne les entreprises qui désirent rendre leurs produits plus compétitifs et rassurer leurs consommateurs (…) Lorsque vous êtes certifiés aux normes NBF qui est une norme reconnue au plan international, vous pouvez facilement vendre vos produits dans la sous-région (…) Nous avons eu la possibilité d’intégrer le marché européen depuis 2018 et avec la certification, vous arrivez à vendre et à proposer partout parce que la norme NBF respecte les normes internationales. Ce sont des éléments qui rassurent les clients, qui vous permettent d’être plus compétitifs et de pouvoir proposez vos produits ailleurs »

Harouna Kaboré

Mais en attendant, il s’est aligné avec le conseiller technique du réseau des productrices de beurre de karité des Hautes-Bassin et des Cascades pour appeler les consommateurs à faire confiance aux produits locaux car, disent-ils, « les produits du terroir sont de qualité ». Une affirmation qui est du goût du ministre en charge de l’industrie. Selon les propos de Harouna Kaboré, les avantages liés à la certification des produits ont poussé d’autres entreprises à s’engager dans le processus. C’est ainsi donc que son département a initié le projet « 100 produits à certifier » en 2019 et qui a pris fin en 2020.

Une initiative qui a permis de passer de 9 produits certifiés en 2019 à 85 produits en 2020 puis à 165 produits aujourd’hui. Se basant sur les acquis de ladite initiative et en corrigeant les insuffisances, le département de Harouna Kaboré revient avec un autre projet dénommé « 1000 projets à certifier à coûts partagés». De façon pratique, sa mise en œuvre stimule l’accompagnement des acteurs à la certification, à renforcer le système de certification et assurer l’évaluation des produits inscrits.

Il faut retenir que la certification est valable pour une durée de 12 mois. Elle est également soumise à des contrôles afin de vérifier le respect des engagements signés par les entreprises. 

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *