Eau et assainissement au Burkina Faso : Les députés s’imprègnent des réalités

Les membres du réseau des parlementaires burkinabè pour l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement (REPHA-BF) ont initié un atelier de renforcement de capacités du 8 au 9 juillet  2021 à Ouagadougou. Cette rencontre visait à outiller les parlementaires en notion de techniques et de plaidoyer, et sur le nouveau système de facturation de la nationale de l’eau (ONEA).

Mieux s’outiller sur la question relative à l’eau, c’est ce qui a conduit à l’atelier de renforcement de capacités organisé par le réseau des parlementaires burkinabè pour l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement (REPHA-BF). C’est de par son rôle qui est de contribuer en sorte que l’accès à l’eau potable connaisse un accroissement substantiel au bénéfice de la population burkinabè que l’atelier du REPHA-BF a été initié. Au cours de cette rencontre, trois axes seront au cœur des analyses. 

Il s’agit d’abord, du renforcement des notions des parlementaires en matière de technique et de plaidoyer dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Ensuite, une occasion pour les  députés de connaitre les moyens de distribution du secteur et de faire en sorte à pouvoir aider à l’élaboration des budgets d’assainissement jusqu’à leurs adoptions au niveau du secteur.

Lire également 👉Eau et assainissement : Des députés s’imprègnent sur l’assistance à la maîtrise d’ouvrage communale  

En plus, les parlementaires seront éclairés sur le nouveau système de facturation de l’office nationale de l’eau et de l’assainissement (ONEA). A ce niveau, il s’agira pour les députés de maitriser cette question de « surfacturation » incomprise des populations afin de leur expliquer. Enfin, les députés discuteront des nouveaux défis de l’ONEA notamment sur le plan du financement de l’assainissement.  

A entendre Halidou Sanfo, coordonnateur du REPHA-BF, tous les moyens seront utilisés pour l’atteinte des objectifs. « Nous allons utiliser les leviers que nous avons pour interpeler régulièrement le ministère de contribuer de par le plaidoyer, de faire en sorte que le budget consacré à ce secteur puisse aider  à atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés», a-t-il fait savoir.

Dramane Nignan, représentant du Président de l’Assemblée Nationale,

Egalement, il a laissé entendre qu’à la sortie de cet atelier, tout sera mis en œuvre pour que l’objectif qui est de permettre une large couverture en termes d’accès à l’eau et à l’assainissement soit un véritable luxe pour les citoyens de villes et des campagnes « qui sont toujours privées d’eau potable ou d’installations sanitaires  adéquates ».

Selon le représentant du Président de l’Assemblée Nationale, Dramane Nignan, l’assainissement est d’une grande importance capitale. « Si nous avons des moyens réduits, nous devons  prévenir les maladies au lieu de les laisser.  C’est pour cela que les députés se sont saisis, avec le président, de la question », a-t-il indiqué.

A noter que le taux d’accès à l’eau potable au Burkina Faso est estimé à 74 %  sur l’étendue du territoire dont 91% dans les centres-villes contre 67% en milieu rural. Quant à  l’accès à l’assainissement, il s’élève à 22%.

Joël THIOMBIANO et Flora KARAMBIRI (stagiaires)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page