l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP)

Marche de l’opposition, véhicule de 96 millions : La contre-attaque médiatique de la majorité présidentielle

614 0

Les membres de l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) étaient face à la presse ce jeudi 8 juillet 2021 à Ouagadougou, pour une analyse de la situation nationale.

Les membres de l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) ont donné leur point de vue sur la situation politique du pays. Concernant le dialogue politique, les membres de l’APMP ont expliqué que cette rencontre visait à susciter l’union sacrée des acteurs politiques face aux défis sécuritaires et sociaux, et promouvoir le consensus concernant les élections municipales. 

Me Bénéwendé Stanislas Sankara, principal orateur du jour, a dénoncé une agitation politicienne à la suite de la marche de l’opposition.

« Mais grande fut notre stupéfaction de constater le retrait annoncé du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) du dialogue politique et appelant à des manifestations dans les 45 provinces du pays. Ce jeu trouble du CFOP nous laisse interrogatifs sur la réelle volonté de participer à la discussion si celle-ci ne devrait pas lui servir d’occasion à une agitation politicienne », a-t-il indiqué. 

Egalement, les membres de l’APMP ont déclaré que le Chef de l’Etat a demandé à l’opposition de revenir à la table de discussion dans le cadre du dialogue politique en les invitant « à ne pas nous tromper d’ennemis ».

L’opposition politique a trahi la majorité présidentielle dans le cadre du dialogue politique

Cependant, face à l’appel du Président du Faso, l’opposition a maintenu son mot d’ordre de marches. Les membres de l’APMP ont déploré cette l’attitude de l’opposition. L’APMP a invité l’opposition politique à faire « preuve de discernement et savoir raison garder » afin de préserver l’esprit républicain.

« L’opposition politique a trahi la majorité présidentielle dans le cadre du dialogue politique. Le principe de travail au niveau du dialogue, c’est le consensus. Le point qui n’est pas consensuel est consigné et on continue le débat sur les autres questions. Nous n’avons pas vu par rapport à la question sécuritaire une divergence de point de vue. Ce que nous avons déploré c’est que l’opposition politique demandait la démission du premier ministre et du ministre en charge de la défense », a déploré Me Bénéwendé Stanislas Sankara.

Il a fait savoir que le fait de demander la démission d’un gouvernement, ce n’est pas un esprit de dialogue. Mais, par contre l’opposition politique a continué les discussions concernant les autres questions sur la vie politique.

Lire également👉Marche de l’opposition à Ouaga :«Nous avons fait le tour de la ville en courant»

« Soyons donc sérieux quand on veut faire de la politique. Soyons dans l’honnêteté et non dans la trahison. Cette opposition, elle a trahi », a indiqué le principal orateur du jour à l’endroit de l’opposition politique. 

Par ailleurs, il s’est prononcé sur le véhicule de 96 millions pour le ministère de la culture. « Un véhicule de fonction, n’est pas un véhicule de prestige. Un véhicule de fonction, c’est pour la fonction. C’est un véhicule de l’Etat et il y a une utilité donnée. C’est pour ça que les véhicules sont achetés. Le Parc de l’Etat contrôle tous ces véhicules.

Mais on comprend la réaction de la population quand on parle de 96 millions. Si vous ne connaissez pas l’utilité du véhicule naturellement vous verrez beaucoup plus le verre à moitié vide ou à moitié plein. Sinon un véhicule V8 à 96 millions, pourquoi demander ce que ce véhicule peut faire et qu’est-ce que ça représente pour la fonction pour laquelle le véhicule a été acheté ? », a souligné Me Bénéwende Stanislas Sankara.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *