Projet SMART Burkina : La Chine prête 47 milliards de FCFA pour lutter contre l’insécurité

595 0

Le projet SMART a été lancé ce jeudi 8 juillet 2021 par le Premier Ministre Christophe Dabiré, à Ouagadougou.  D’une valeur de plus de 52 milliards de F CFA, ce projet sera mis en œuvre dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. 

Après la mise en œuvre du projet pilote dénommé SAFE CITY qui a contribué à renforcer les capacités des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et particulièrement pour la sécurité intérieure, le projet SMART Burkina a été lancé ce jeudi 8 juillet 2021 par le Chef du Gouvernement, Christophe Dabiré.

Les Forces de Défense et de Sécurité ont participé au lancement du projet SMART.

En effet, placée au cœur de tous les débats et de toutes les préoccupations aujourd’hui, la sécurité  est perçue par les populations comme la défense du territoire à travers les forces militaires alors que  les forces intérieures font un « excellent travail ». C’est pourquoi, il  est important, selon le Premier Ministre, qu’elles aient  le soutien nécessaire afin de continuer  à faire ce travail. 

« Dans nos villes aujourd’hui, il y a une certaine recrudescence de la criminalité intérieure, le banditisme, la délinquance juvénile et la délinquance tout court, qui contribuent à créer des situations inconfortables pour les populations qui vivent dans nos villes », a-t-il affirmé.

Selon lui, il s’agit, à travers ce projet, de donner aux Forces de Défense et de Sécurité et à la sécurité intérieure, les moyens supplémentaires de pouvoir détecter les zones criminogènes et suivre les délinquants pour pouvoir rapidement résoudre les problèmes rencontrés dans les  villes. 

 « Il ne s’agit pas tout simplement de résoudre les problèmes de criminologie mais, il s’agit aussi de résoudre les problèmes d’accident de la circulation de manière globale. Ce dispositif a permis déjà de résoudre un certain nombre de problèmes dans le domaine de la circulation pour assurer une meilleure sécurité à nos populations », a assuré Christophe Dabiré. 

Le projet SMART intervient après un projet pilote dénommé SAFE CITY qui a été un don de la société Huawei au Burkina Faso, d’une valeur de 4 millions de dollars. Selon le ministre de la sécurité, Maxime Koné, le projet SMART se veut un outil technique et opérationnel de coordination et de commandement au profit des forces de sécurité intérieure.

Le ministre de la sécurité, Maxime Koné a, assuré que l’ultime objet du projet SMART est de protéger et non de surveiller, de sécuriser et non d’épier.

Il vise à doter « les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso à la fois d’un système de vidéoprotection et d’un système de radiocommunication professionnelle associant l’image à la voix afin, de donner plus de chance, de succès aux opérations de sécurisation », a-t-il expliqué.

Il permettra aux Forces de Sécurité, en quête permanente de matériels mieux adaptés au contexte sécuritaire, d’accroitre leurs capacités organisationnelles et opérationnelles afin de fournir  de meilleurs services aux populations.

« Le projet SMART Burkina Faso  c’est : 650 KM de réseau Backbone en Fibre Optique pour interconnecter certaines villes et localités du pays ; 150 KM  de réseau métropolitain en Fibre Optique pour interconnecter les différents sites dans les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso ; un centre de Commande Unifié comprenant un Centre de Commande National à Ouagadougou un Centre de Commande Régional à Bobo-Dioulasso ; un système de vidéoprotection de 300 Sites caméras (dont 202 à Ouagadougou et 80 à Bobo-Dioulasso ) pour un total de 900 caméras à raison de 3 caméras par sites (dont 660 à Ouaga et 240 à Bobo) ; un système de communication large Bande comprenant 16 stations de base eLTE (11  à Ouaga et 4 à Bobo-Dioulasso) ; 700 terminaux mobiles ; 4 terminaux montés sur Véhicule ; 4 Drones »

Maxime Koné, ministre de la sécurité

Le coût global de la mise en œuvre du projet est estimé à cinquante-deux milliards trois cent un millions huit cent dix mille vingt-quatre (52 301 810 024) de F CFA. La contribution, sous forme de prêt de la République Populaire de Chine est estimée à hauteur de 80 millions de dollars US (soit environ 47 200 000 000) et cinq milliards cent un millions huit cent dix mille vingt-quatre (5 101 810 024) F CFA au titre de la contrepartie nationale. 

Selon l’Ambassadeur de la Chine Populaire au Burkina Faso, Li Jian, SMART Burkina est l’un des projets emblématiques de la coopération sino-burkinabè.  Il  consiste à installer plus de 800 km de fibre optique au niveau national.

L’Ambassadeur de la Chine Populaire au Burkina Faso, Li Jian, a indiqué que plus de 800 km de fibre optique seront installés, à travers le projet SMART, au niveau national.

« Le Projet SMART Burkina a pour but de renforcer la sécurité dans les villes du Burkina Faso et de lutter efficacement contre la criminalité », a-t-il notifié, en ajoutant que les entreprises chinoises HUAWEI et la China International Telecommunication Construction Corporation (CITCC) travailleront à mener à bien l’exécution du projet et à fournir une installation technique adéquate.  

Le projet Smart a pour objet de « protéger et non de surveiller, de sécuriser et non d’épier ». Il a plusieurs phases dont la phase 2 est en cours de  formalisation. La vision à long terme est la couverture nationale de toutes les villes du Burkina Faso. 

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *