Burkina Faso : Faire des Pôles de Croissance des priorités pour accroître la résilience de l’économie nationale

501 0

Les membres du Comité National de Pilotage des Pôles de Croissance (CNPPC) se sont réunis, ce vendredi 9 juillet 2021, pour faire l’état des lieux des travaux sur les Pôles de Croissance (PC). C’était au cours d’une session ordinaire tenue ce jour à Ouagadougou. 

Le Comité National de Pilotage des Pôles de Croissance (CNPPC), en qualité d’organe d’orientation et de supervision de la mise en œuvre des pôles de croissances, se réunit une fois par an, en session ordinaire. C’est dans ce cadre qu’elle a tenue ce vendredi 9 juillet 2021, sa traditionnelle session ordinaire à Ouagadougou, sous la présidence du Premier Ministre , Christophe Marie Dabiré.

Placée sous le thème « Relever le défi du développement industriel des agropoles en vue d’accroître la résilience de l’économie nationale », cette assise a été l’occasion pour les acteurs réunis de réfléchir sur plusieurs points entrant dans le sens de la revalorisation des Pôles de Croissance (PC). Il s’est agi de faire l’état de la mise en œuvre des résolutions et recommandations de la session 2020, le point de la situation de mise en œuvre du Plan de travail annuel budgété, le point sur la préparation des nouveaux pôles de croissance.

Pauline Zouré, Ministre déléguée chargée de l’aménagement du territoire, s’est penché sur les points essentiels de cette rencontre. À l’entendre, plusieurs points feront l’objet de réflexion à savoir, la question de l’accélération de la technopole pharmaceutique de Kokologo, le point sur les accompagnements, la question des droits fonciers.

« Les pôles de croissance et les agropoles sont des priorités de l’Etat. Le gouvernement l’a prouvé par son engagement dans ce secteur. En 2020 déjà, 20 agro investisseurs se sont installés à Bagrépôle. Les activités sont déjà faites dans ce domaine mais toujours est-il que des défis restent à relever », a-t-elle dit.

« Figurez-vous que 90% de nos produits pharmaceutiques sont exportés »

Selon Harouna Kaboré, ministre en charge de l’industrie et du commerce, cette assise est de bonne augure en ce sens que l’industrialisation est inscrite au cœur des démarches du gouvernement.« L’industrialisation peinait tout simplement parce que l’option n’avait pas été adoptée. Maintenant c’est fait, nous allons travailler à industrialiser nos différents secteurs afin de réduire le coût de nos importations. Figurez-vous que 90% de nos produits pharmaceutiques sont importés. C’est une occasion pour nous de promouvoir nos PME », a-t-il ajouté.

La session a connu la participation des membres et observateurs du Comité National des Pôles de croissance. A ce titre, le président de la cérémonie a, tout en rappelant la pertinence de la rencontre, exhorté les participants à tout mettre en œuvre pour qu’à la sortie, des propositions soient faites.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *