Vaccination anti-Covid : Le ministre de la santé sollicite le soutien de la FEME

526 0

Le ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a sollicité le soutien et l’accompagnement de la Fédération des églises et missions évangéliques du Burkina (FEME) afin de sensibiliser la population pour lever le mythe qu’elle porte sur le vaccin anti-Covid. C’était ce vendredi 9 juillet 2021 à Ouagadougou.

Le 2 juin 2021, le Burkina Faso a procédé à la vaccination contre le Covid-19. À cette date, plus de 31. 000 citoyens burkinabè se sont faits vacciner sur les 115.000 doses réceptionnées. Les personnes vaccinées devront recevoir leur deuxième dose au mois d’août prochain. Les autorités ont noté une sorte de réticence au sein de la population.

C’est ainsi que le ministre de la santé a rencontré plusieurs autorités religieuses et coutumières ce vendredi 9 juillet 2021 pour solliciter leur soutien, sachant le rôle que peuvent jouer ces derniers pour obtenir l’adhésion des populations.

Le Pr Charlemagne Ouédraogo a rassuré les membres de la FEME que depuis le lancement de la vaccination jusqu’ici, aucun problème lié à la vaccination n’a été officiellement signalé.

« Depuis que nous avons commencé, nous n’avons pas enregistré un seul décès dû à cette vaccination. Nous n’avons pas eu d’embolie pulmonaire comme les gens le craignent à travers les fake news. Ce sont des effets secondaires mineurs qui sont identiques à ce que nos enfants ont quand ils vont prendre la vaccination », a-t-il indiqué.

Face aux responsables de la FEME, le ministre de la santé a soutenu que toutes les informations qui circulent quotidiennement à propos du vaccin anti-Covid ne sont pas justifiées.

« C’est un bon vaccin. Pour le moment c’est Astra Zeneca que nous avons eu. Nous aurons d’autres types de vaccins tels que Johnson Johnson qui vont venir compléter l’arsenal de la lutte contre le Covid-19 », a-t-il signalé.

Les membres de la FEME et leur hôte du jour

Il fait comprendre aux pasteurs que sa présence dans leurs locaux était de partager ces informations avec eux. Mais surtout de solliciter leur soutien et accompagnement pour obtenir un engagement communautaire de la part des citoyens et de leurs fidèles.

« Les frontières restent fermées. Les frontières ne sont pas encore  réouvertes à cause de cette maladie. Étant fermées, nos économies restent en péril. Les petites économies sont écroulées. Il y a eu des drames familiaux en raison de manque d’économie et de la perte des richesses », a-t-il relevé.

Le ministre de la santé a appelé la population à regarder la pandémie sous l’angle économique que sanitaire pour constater le désastre qu’elle a causé. Il a signifié que la crise sanitaire associée à la crise sécuritaire a fait perdre à l’État burkinabè plus de 1000 milliards de ses recettes. Pour lui, l’espoir n’est permis que si la propagation du virus est maîtrisée. Et le seul moyen aujourd’hui c’est la vaccination.

Du côté de la FEME, l’on salue cette démarche du ministre de la santé. Les responsables disent avoir reçus des informations sûres dont ils ne disposaient pas sur la vaccination contre la pandémie. « Nous avons eu des informations de première main. Nous sommes rassurés par rapport à ce vaccin Astra Zeneca qui est en cours au Burkina Faso. Nous avions entendu beaucoup de fausses nouvelles, mais là, nous sommes rassurés », a laissé entendre le Pasteur Pierre Marie Bayala, trésorier général de la FEME.

Le ministre de la santé a aussi indiqué que sa visite à la FEME était une occasion de présenter ses civilités aux pasteurs et demander leurs bénédictions pour la réussite de sa mission.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *