9ème édition des Journées postales : L’ARCEP et les acteurs à la recherche de stratégies d’adaptation au Covid-19

290 0

Le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Tontama Charles Millogo, a procédé à l’ouverture officielle de la 9ème édition des Journées postales le mardi 13 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso. Au cours de ces journées qui se tiennent du 13 au 15 juillet 2021, les réflexions ont porté sur les stratégies d’adaptation du secteur postal au contexte sanitaire marqué par le Covid-19. 

Le cadre de rencontre initié du 13 au 15 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso, selon le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Tontama Charles Millogo, a été conçu pour briser les barrières supposées ou réelles entre opérateurs et régulateurs postaux afin de fluidifier la communication.

C’est donc l’occasion pour lui de remercier l’ex Ministre des ressources animales et halieutiques, Soummanogo Koutou, qui alors chargé de la direction des postes, a bien voulu initié les « Journées postales » en 2012.

De sa création à la 9ème édition, « le père des Journées postales » se rappelle des mêmes préoccupations. « On se demandait si les activités postales ne s’arrêteraient pas à un moment donné », confie Soummanogo Koutou.

Grâce aux différentes innovation, les acteurs postaux ont réalisé une hausse de 16% en 2020

Le Chiffre d’affaire a évolué

Mais contrairement à ces interrogations davantage renforcées par l’avènement du numérique, le secteur connait une évolution remarquable. Pour preuve, les activités postales, selon le président de l’ARCEP ont enregistré une hausse de 16% en 2020.

Soit un montant de 8 milliards de francs CFA. Une croissance qui doit être liée à la situation du Covid-19. « Comme les gens ne se déplaçaient pas, il se pourrait qu’ils aient naturellement fait face aux opérateurs postaux », a présumé le régulateur, non sans remercier le dynamisme des acteurs postaux qui ont su développer des initiatives pour adapter leurs services au contexte du Covid-19.

Que faire des colis non récupérés ?

Au-delà de ce « bilan positif », les journées postales offrent l’occasion de s’interroger sur les difficultés rencontrées par les acteurs. Par exemple, la gestion des colis non récupérés. « Quand on regarde la gestion des revues. Les colis qui sont envoyés et qui ne sont pas récupérés, qu’est ce qu’il faut en faire ? Je crois qu’il y a un vide à ce niveau et nous devons y travailler », a expliqué Tontama Charles Millogo.

Ce cadre de réflexion permettra également d’interpeller les opérateurs postaux sur la nécessité de renforcer leurs dispositifs de contrôle afin de ne pas transporter des colis non autorisés, sans oublier la question de la concurrence déloyale commise par certains transporteurs.

Le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) Tontama Charles Millogo annonce l’arrivée prochaine des textes règlementaires

Des textes de régulation en cours

Pour remédier à tous ces maux, « nous sommes rentrés en contact avec les autorités judiciaires. Les mois à venir, nous pourrons engager un certain nombre d’actions grâce aux différents échanges que nous aurons et que nous allons capitaliser », a conclu le président de l’ARCEP.

Initialement prévue pour 2020, la 9ème édition des Journées postales a pour thème : « Le secteur postal face à la crise de la Covid19 : Stratégie d’adaptation et contribution à la lutte ».

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *