Burkina Faso : L’Opposition ne veut pas de Bonaventure Ouédraogo à la CENI

329 0

L’opposition burkinabè reste catégorique concernant la récusation qu’elle a faite sur la nomination de Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo, chef de Sao, comme commissaire à la commission électorale nationale indépendante (CENI). Ce jeudi 14 juillet 2021, elle a promis de retirer ses commissaires si sa demande n’est pas exaucée.

Alain Zoubga, membre du CFOP et porte-parole du jour

Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo est le représentant de la chefferie coutumière au titre de la société civile comme commissaire à la CENI. Et le chef coutumier est pressenti  candidat à la présidence de l’organe électoral. L’opposition ne veut pas de lui. Elle lui reproche d’être partisan du parti au pouvoir. D’où sa récusation pour que ce dernier soit retiré de la liste des commissaires.

«  La désignation du représentant de la composante société civile au titre de la chefferie coutumière pressenti candidat à la présidence de la CENI, ce candidat en la personne de Monsieur Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo a fait preuve d’engagement politique avéré en faveur des candidats du parti au pouvoir au cours de la récente consultation électorale », a soutenu Alain Zougba, porte-parole du jour.

Les membres de l’opposition craignent que si la question n’est pas bien traitée, elle risque d’engendrer un déséquilibre, qui selon eux profitera à la composante politique de la majorité. « L’opposition politique ne saurait cautionner une telle présence d’une personnalité politiquement engagée manifestement partisane, ce qui remet en cause le principe d’indépendance et d’impartialité de l’organe chargé de l’organisation des élections, fruit d’un acquis de haute lutte de tous les démocrates burkinabè », a poursuivi Alain Zougba.

Alain Zougba et ses pairs sont pour une commission électorale consensuelle et impartiale. Ils invitent ainsi les gardiens de la tradition burkinabè à reconsidérer la désignation de Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo  en tant qu’élément de la société civile pour préserver la neutralité et l’impartialité de la chefferie coutumière.

Par ailleurs, les opposants mettent en garde le gouvernement contre la mise en place d’une administration électorale qui ne puisse pas répondre aux principes d’indépendance et d’impartialité exigés par les normes nationales et internationales. « Et qui est susceptible de créer une crise institutionnelle, source des menaces de la stabilité et de la paix nationale », a prévenu Alain Zoubga.

“Nous ne remettons jamais en cause le droit de la chefferie coutumière”

L’opposition a menacé de retirer ses commissaires si Bonaventure Ouédraogo est maintenu comme commissaire. « À défaut d’un remplacement de Monsieur Bonaventure Ouédraogo, les commissaires de la composante de l’opposition politique ne siégeront pas à la CENI », a affirmé Alain Zoubga.

“Nous ne remettrons jamais en cause le droit de la chefferie coutumière”

Achille Tapsoba, député du CDP et également membre du CFOP, a laissé entendre que leur demande ne s’oppose pas à la chefferie coutumière qui est une des sous-composantes de la composante société civile à la CENI, comme le stipule la loi sur le code électoral. Elle est dans ses droits, précise-t-il de designer son représentant à la CENI.

« Ce qui veut dire, nous ne remettrons jamais en cause le droit de la chefferie coutumière de designer son représentant. Il se trouve que, et cela est dommage, le représentant choisi par la chefferie coutumière au titre de la société civile est un militant engagé manifestement pour le parti au pouvoir », a-t-il renchéri.

“Très coloré MPP”

A l’écouter lors des élections de novembre 2020, Bonaventure a organisé des meetings  en faveur du candidat du MPP à la présidentielle et les candidats aux législatives. Sur ce, l’opposition ne veut pas de la tête de Bonaventure Ouédraogo dans la prochaine équipe dirigeante de la CENI.

Même réaction du côté du chef de file de l’opposition, Eddie Komboigo qui est revenu sur la neutralité et l’apolitisme qui sont des vertus cardinales pour des commissaires de la CENI issus de la société civile. Le poste de la présidence de la CENI revient à la société civile. Et selon les propos du chef de file de l’opposition, Bonaventure Ouédraogo est parti pour être candidat à ce poste. Alors qu’ils l’accusent d’être proche du parti au pouvoir.

« Au regard du profil du commissaire de la chefferie traditionnelle, nous avons vu qu’il est très coloré MPP. Il ne faut pas avoir peur de le dire parce que le 15 novembre 2020, nous avons des documents, il a animé la campagne pour le MPP à Boussé. Il a demandé au MPP d’aller dormir parce que son candidat, Roch Marc Christian Kaboré sera élu », a-t-il révélé.

Pour Eddie Komboigo, le représentant de la chefferie traditionnelle est politique ne peut pas être commissaire encore moins président de l’organe électoral, ce qui risque de compromettre la neutralité et l’impartialité que doit incarner l’institution dont la vocation est l’organisation des élections.

Willy SAGBE

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *