Burkina Faso : Le CONASUR pense au relèvement des personnes déplacées internes et des populations hôtes

543 0

Le Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) tient sa 14ème session de rencontre ce jeudi 15 juillet 2021 à Ouagadougou. Il va s’agir, pour les différents acteurs intervenants dans cette chaine de se pencher sur la mise en place d’une stratégie nationale de relèvement des personnes déplacées internes et des populations hôtes. Aussi, les acquis et les défis seront-ils  abordés afin d’améliorer la réponse offerte aux personnes qui sont dans le besoin. 

Plus de 1,3 millions, c’est le nombre de personnes déplacées internes à la date du 30 juin 2021. Issues de 173 967 ménages, ces populations sont accueillies dans 271 communes à travers les 13 régions du pays. Face à cette situation, il s’avère urgent de trouver une bonne stratégie afin de soutenir ces personnes qui sont dans le besoin. D’où la tenue de la présente session du CONASUR sur la problématique de la prévention et de la gestion des catastrophes et des crises humanitaires.

La 14ème session se tient sous le thème : « relèvement des personnes déplacées internes et des populations hôtes : enjeux et perspectives ». Selon la ministre en charge de l’action humanitaire, Laurence Ilboudo, le choix de ce thème s’est fait avec l’ambition d’approfondir « la réflexion sur la résilience des populations face à la crise sécuritaire ». Développer des initiatives pour le relèvement des PDI et des populations hôtes est également dans les agendas. 

« Parfois, il y a des gens qui se déclarent sinistrés mais qui ne le sont pas »

« C’est une session ordinaire où tous les acteurs du CONASUR se retrouvent pour voir si nous sommes en phase avec  toutes les activités planifiées cette année (…) Aujourd’hui, nous ne pouvons pas rester dans l’urgence humanitaire seulement. Il faut voir pour rester dans le nexus humanitaire-développement-paix, voir comment nous pouvons construire la résilience de ces personnes et les populations hôtes », a expliqué la ministre.

Selon ses propos, la crise actuelle va « durer quelques temps » et il va falloir tenir surtout dans un contexte marqué par la rareté des ressources. Elle a aussi rappelé que même si la situation sécuritaire est la principale cause du déplacement des populations, d’autres raisons comme les catastrophes naturelles sont à prendre en compte également. On dénombre à la date du 30 juin 2021, 20 milles sinistrés suite aux inondations et vents violents.

Pour leur venir en aide, le département de Laurence Ilboudo a initié des actions. « Nous avons commencé avec le fonds national de solidarité à faire un transfert monétaire  pour accompagner. C’est vrai que ce n’est pas suffisant mais c’est un transfert de 250 000 par personne sinistrées », a lancé Laurence Ilboudo. Des vivres ont été également distribués à certaines personnes, selon les propos de la ministre.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *