Burkina Faso : L’opposition Non Affiliée (ONA) se sent exclue de l’échiquier politique national

509 0

L’opposition Non Affiliée (ONA) s’indigne contre son “exclusion” sur les questions politiques nationales et exige sa reconnaissance officielle au même titre que le cadre de concertation du Chef de file de l’opposition politique (CFOP). L’ONA a donné sa lecture sur l’actualité nationale lors d’une conférence de presse, le 15 juillet 2021 à Ouagadougou.

Une partie de la classe politique burkinabè ne se reconnait ni de la majorité ni du cadre de concertation du Chef de File de l’Opposition Politique (CFOP). Organisé dans l’Opposition Non Affiliée (ONA),  ce cadre peine à être reconnu sur l’échiquier politique national.

Selon le Pr Abdoulaye Soma, président du parti Soleil d’Afrique et coordinateur de l’ONA, l’organisation regroupe une centaine de partis politiques. « Les partis qui sont constamment engagés à défendre l’ONA, on est une dizaine, mais les partis qui sont dedans qui vont et viennent c’est une centaine », a-t-il détaillé.

Pour lui, l’ONA est un cadre qui respecte le cadre légal et juridique. « L’ONA est fondée sur la construction et les lois de la République, notamment la loi sur le statut de l’opposition politique ». Cependant, les partis membres de la l’ONA fustigent la loi sur le statut de l’opposition politique et exige sa relecture. L’ONA continuera à réclamer désormais, par tous les moyens, la légalité et la légitimité de sa prise en compte par les autorités nationales en tant qu’entité autonome dans la gestion des affaires politiques nationales, selon le Pr Abdoulaye Soma.

L’ONA rejette le format du dialogue politique

Tout en exigeant sa reconsidération, les partis membres de l’opposition non affiliée ont exprimé leur position sur les questions sur lesquelles l’ONA est “objet d’exclusion“. Pour le coordonnateur de l’ONA, l’Opposition non affiliée est un cadre légal et légitime au même titre que le cadre de concertation du CFOP qui mérite une reconnaissance.

Le format des parties prenantes au dialogue politique et le choix des commissaires de l’opposition à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ne sont pas du goût de l’ONA. « L’ONA rejette le format du dialogue politique mené seulement entre APMP et CFOP. L’ONA rejette la désignation unilatérale par le CFOP des commissaires représentant l’opposition à la CENI », a déclaré le Pr Abdoulaye Soma.

Pour finir, il a fait savoir que l’ONA ne se reconnaîtra pas dans les conclusions du dialogue politique tout en annonçant des actions de protestation. « L’ONA se réserve aussi d’engager des actions urgentes et structurales pour recadrer cette gouvernance déviante des affaires de la République », a-t-il informé.

Akim KY

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *