Burkina Faso : Les préoccupations des populations et travailleurs au cœur de la rencontre Gouvernement/Syndicats

315 0

Ce lundi 19 juillet 2021, le gouvernement et les structures syndicales se sont retrouvés autour de la table, pour examiner le cahier des doléances de 2017 à 2021. Cette rencontre marque ainsi la reprise du dialogue social suspendu depuis 2017 entre les deux.

Après 4 années de silence, le dialogue social a repris au Burkina Faso. En effet, après le message d’interpellation  du 1er mai 2021, de l’Unité d’Action Syndicale (UAS), c’est finalement ce lundi 19 juillet 2021, que le gouvernement et les structures syndicales se sont retrouvés, pour examiner le cahier des doléances de 2017 à 2021.

Ce cahier qui a fait l’objet d’analyse est composé de plusieurs « déficits » gouvernementaux, que l’UAS a relevés. Il s’est agi entre autres des questions sécuritaires enregistrées, la question du dialogue social, la remise en cause de la gestion des travailleurs, la suspension de plus de 700 agents, l’impunité, la recrudescence des attaques terroristes.

« C’est le lieu pour nous de saluer et interpeller encore une fois le gouvernement, sur la nécessité de prendre en considération et de façon appropriée ces différentes préoccupations », a déclaré le président du mois des centrales syndicales, Abdoulaye Ernest Ouédraogo, porte parole de l’UAS. 

Il a par ailleurs salué la tenue de cette rencontre qui, à l’entendre, témoigne de l’intention du gouvernement de revoir sa gestion de la question du dialogue social. « Nous nourrissons l’espoir que ces échanges, que nous aurons au cours de cette rencontre, aboutissent à des conclusions qui d’une part renforceront le dialogue social, d’autre part apporteront des réponses satisfaisantes aux préoccupations des populations en général et des travailleurs en particulier », a-t-il souhaité. 

La rencontre a été présidée par le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré. Selon le PM, cette rencontre vient à point nommé en ce sens qu’elle s’inscrit dans les grandes lignes de la politique de son gouvernement. « Le dialogue social doit être permanent, avec les travailleurs et le patronat, de manière à ce qu’on puisse s’accompagner, pour construire ce pays, créer des richesses et remettre notre pays sur le chantier de la croissance », a-t-il salué. 

    « Nous allons examiner ces doléances avec toute l’attention qui sied »

Ainsi il a indiqué qu’il revient à son gouvernement de traiter avec délicatesse ces préoccupations.  « Je me réjouis du discours qui a été fait par le président du mois de l’UAS. Nous allons examiner ces doléances avec toute l’attention qui sied. Les ministres qui sont réunis, tenteront de répondre à ces préoccupations et si nécessaires, ils seront soumis à de plus hautes compétences », a-t-il ajouté.

Cette rencontre tenue ce matin était prévue pour la date du 21 mai 2019, mais pour des raisons diverses, elle n’a pas pu se tenir. Après maintes programmations, c’est finalement ce lundi qu’elle a été effective.

Abdoul Gani Barry

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *