Force Barkhane : Une “expédition militaire sans aucun fondement”, selon Jean-Luc Mélenchon

308 0

Le député français Jean-Luc Mélenchon, dans le cadre de son séjour au Burkina Faso, a animé une conférence publique devant les étudiants de l’université Joseph Ki Zerbo ce mercredi 21 juin 2021. Articulée autour du thème « y a-t-il un avenir en commun dans la francophonie ? », cette rencontre a été un cadre de dialogue et de discussion  sur les questions de “l’impérialisme” dans les pays francophones et autres questions entrant dans le cadre des relations France-Afrique.

Sur les 300 millions de francophones, 22 millions sont Burkinabè, selon les données officielles. Afin de faire passer sa vision de la gestion des relations France-Afrique à tous ces 300 millions de personnes, le député français Jean-Luc Mélenchon a choisi de “courtiser” les étudiants de l’Université Joseph Ki Zerbo de Ouagadougou, cela à travers une conférence publique organisée ce mercredi 21 juillet 2021.

Avant tout propos, le député a tenu à expliquer la raison pour laquelle il veut discuter de ces relations France-Afrique avec les Africains. « Je plaide pour cette question parce que mon peuple y trouve son compte et votre peuple peut trouver son compte dans ces relations.  Je suis là parce que j’ai entendu l’appel de l’Afrique ; je suis là parce qu’il y a une opinion anti-française en Afrique ; je suis là parce que j’ai aussi remarqué une certaine indifférence chez les Français. Je veux plaider pour la francophonie avec de nouveaux termes. Il y a la France qui pille. Je suis là pour incarner l’autre France qui est contre cet impérialisme », a-t-il dit.

« L’impérialisme tel qu’appliqué est la base de tous les soucis des nations francophones »

A ce titre, il a déclaré vouloir installer de nouvelles bases axées sur des relations de souveraineté de tous les États qui seront dans la dynamique de relation avec la France. «  L’impérialisme tel qu’appliqué est la base de tous les soucis des nations francophones. Si je vous disais que l’impérialisme n’est pas un moyen que mon pays utilise pour abuser, ça sera vous mentir. Mais j’aimerais que l’on établisse de nouvelles bases de la francophonie en se débarrassant de sa gestion politique,  en mettant en avant le vecteur qui relie toutes ces personnes comme le prônait Sankara », a-t-il avancé.

« Il n’existe aucune solution militaire à un problème politique »

Le chef du parti de la “France Insoumise” a aussi évoqué les manquements du gouvernement français sur la gestion de la crise sanitaire, la crise sécuritaire dans les pays du G5, le passage du CFA à l’ECO. A cet égard, il a, concernant la force Barkhane, qualifié l’intervention des forces armées françaises d’une “expédition militaire sans aucun fondement“. « Il n’existe aucune solution militaire à un problème politique. Cinq milliards  investis dans un mauvais sens. Des gens meurent pour un mauvais choix. Je crois à la guerre idéologique, si on essaie de s’attaquer aux problèmes sociaux qui alimentent cette guerre. Je crois que la victoire serait proche », a-t-il argumenté.

Salif Sawadogo, étudiant en littérature et culture africaine, venu suivre cet exposé, a, tout en saluant l’approche du député, émis un doute sur ses propos. «  Ce qu’il a présenté ici est très bien, surtout si cela est appliqué. Vous connaissez les politiques et leurs discours. En tout cas, j’espère qu’il n’oubliera pas son discours révolutionnaire s’il est élu », a-t-il argué.

Il faut noter que Jean-Luc Mélenchon est au Burkina depuis le 18 juillet 2021 et cette conférence marque ainsi la fin de son séjour au “pays des Hommes intègres”.

Abdoul Gani Barry 

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *