Vaccination anti-covid : Le Burkina Faso s’offre “Johnson & Johnson”

306 0

Le Burkina Faso a reçu un deuxième type de vaccin anti-covid ce mercredi 21 juillet 2021. Il s’agit de “Johnson & Johnson”, un vaccin américain offert par les USA sous la facilitation du mécanisme COVAX.

En plus de l’Astra Zeneca déjà inoculé à plus de 33 000 citoyens burkinabè dont 13 000 agents de santé, le Burkina Faso s’est ravitaillé en vaccin américain Johnson & Johnson pour contrer la propagation du coronavirus sur son sol. Et ce n’est pas tout, selon les propos du ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo,  d’autres types de vaccins pourront arriver prochainement.

À noter que la vaccination au Burkina Faso reste jusqu’ici volontaire. Malgré les efforts du gouvernement, certaines populations sont toujours méfiantes vis-à-vis du vaccin. Fort de ce constat, le ministre de la santé a initié la semaine passée une tournée auprès des leaders politiques, religieux et coutumiers afin de solliciter leur soutien. Ce, pour obtenir l’adhésion des populations. Selon les autorités sanitaires, la vaccination reste le seul moyen efficace pour limiter la propagation du virus, et de se protéger des nouvelles formes de la maladie.

Les informations et les rumeurs non justifiées diffusées sur les réseaux sociaux au début de la vaccination en occident sont sans doute à la base de cette psychose créée autour des vaccins contre le Covid-19 au sein des Burkinabè.

Le bilan de la maladie

Dressant un bilan de la maladie à la date du 17 juillet 2021, le numéro 1 de la santé au Burkina Faso a informé que le pays a enregistré depuis le début de la pandémie 13 536 cas dont 169 décès.

Il a notifié qu’au cours du mois de juillet, le pays a encore enregistré 18 nouveaux cas de la maladie, tous à transmission communautaire. « La propagation préoccupante des variants dans la sous-région avec une augmentation de 20% chaque semaine du nombre des cas en Afrique nous interpelle », a-t-il prévenu.

Selon le Pr Charlemagne Ouédraogo, l’arrivée de ce nouveau vaccin et d’autres qui arriveront prochainement permettront au Burkina Faso d’élargir la cible vaccinale à l’ensemble de personnes de plus de 18 ans.

« Chère population, je voudrais utiliser cette opportunité pour recommander vivement à toutes les personnes de plus de 18 ans de se rendre dans les sites de vaccination pour recevoir leur dose de vaccin », a-t-il appelé. Le ministre de la santé a informé que l’Afrique de l’Ouest est en phase avec la réouverture des frontières. Et Bientôt, selon ses mots, il y aura une rencontre des ministres de la santé des différents pays de la sous-région pour étudier les conditions sous lesquelles pourra intervenir cette réouverture des frontières.

“Un niveau avancé de vaccination”

« Au Burkina Faso, nous souhaitons vivement que nous puissions atteindre un niveau avancé de vaccination, c’est-à-dire de protection de la population avant d’envisager l’ouverture des frontières. Du reste, c’est une décision qui ne prendra pas seulement que le déterminant santé mais il y a d’autres paramètres qui vont contribuer à militer pour l’ouverture des frontières », a-t-il souligné.

A l’entendre, le souhait c’est de vacciner le maximum de la population pour que la réouverture des frontières ne contribue pas à propager la maladie et surtout les variants. Du côté des donateurs, l’ambassadrice américaine au Burkina Faso, Sandra Clark, a affirmé que son pays reste déterminé à lutter contre la pandémie de Covid-19 à travers le monde.

« Le don de ces doses intervient dans le seul but de sauver des vies. Les États-Unis ont déjà financé une grande partie du mécanisme COVAX avec un investissement de 2 milliards de dollars. Nous croyons fermement que c’est seulement ensemble que nous pouvons vaincre le Covid-19 », a-t-elle déclaré.

Elle a lancé un appel à la population qu’elle se fasse vacciner sans hésitation. « Ce vaccin est le produit des tests rigoureux et il a aidé à faciliter le retour à la vie normale aux États-Unis », a-t-elle dit. Elle a rappelé que ce don est le fruit d’une collaboration entre les États-Unis, le Burkina Faso et les autres partenaires pour mettre fin à la pandémie.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *