Examens artistiques nationaux : 65 candidats en lice pour l’obtention de diplômes

536 0

La composition des examens artistiques nationaux a débuté ce lundi 2 août 2021 à l’Institut national de formation en arts du spectacle et en arts plastiques (INAFAC) à Ouagadougou. 65 candidats venus du Burkina Faso et d’autres pays de la sous-région sont à la quête du CQP (Certificat de Qualification Professionnelle), du BQP (Brevet de Qualification Professionnelle) et le BPT (Brevet Professionnel des Techniciens). Ces examens concernent deux disciplines à savoir la musique et l’art plastique. 

Commencés en 2015, la session de 2021 marque la 7è édition des examens artistiques nationaux. Les deux volets concernés par la composition sont la musique et l’art plastique. Les trois diplômes délivrés à l’issue de ces examens correspondent à des niveaux d’évolution dans la connaissance et la pratique d’art.

Il s’agit du CQP, du BQP, et du BPT. Selon les explications de Jacob Daboué, Directeur de la Formation et de la recherche au ministère de la culture, ces diplômes équivalent respectivement aux diplômes du Certificat d’Etude Primaire (CEP), du Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) et du Baccalauréat.

Chaque discipline regroupe plusieurs matières. Au niveau de l’art plastique, on peut citer le dessin, la peinture, le modelage, etc. Au niveau de la musique on a le solfège, la dictée rythmique, la dictée musicale, la pédagogie, l’histoire de la musique, la pratique (concerto), etc. Jacob Daboué a fait savoir que les candidats seront soumis à une épreuve écrite et pratique.

« Le candidat est évalué par un trio de jury qui écoute l’œuvre, observe l’expression, la justesse des notes. Et pour ce qui concerne les arts plastiques, le candidat aura à exprimer son art à travers un tableau ou une peinture qu’il doit reproduire selon les angles de vue demandés », a détaillé Jacob Daboué.

Ces épreuves soumis aux candidats leur donneront la possibilité et la capacité de devenir un critique d’art, selon le directeur de la formation et de la recherche. Il a aussi insisté sur la valeur des diplômes qui seront remis aux différents lauréats.

« Nous attendons que les candidats eux-mêmes prennent conscience de la valeur d’un diplôme. Que pour un engagement fort, ces examens puissent valorisés, eux-mêmes d’abord, et le pays. Parce que nous sommes dans un contexte globalisant », a-t-il souligné.

Jacob Daboué a ensuite évoqué une avancée de l’enseignement d’art dans les autres pays de la sous-région, tout en restant confiant. « Je pense qu’au Burkina aussi ce n’est jamais tard pour bien faire. Les candidats en se formant rentrent dans un concert mondial », a rassuré Jacob Daboué.

La Directrice Générale des Arts, Alimata Sawadogo/Tanly, a procédé au lancement de la composition. Elle est revenue sur l’importance de l’examen. « C’est beaucoup important dans la mesure où il permet la professionnalisation des filières artistiques. 

Il faut aujourd’hui un diplôme pour montrer qu’on est professionnel. La preuve, le ministère de la culture vient de lancer la carte professionnelle et il faut être passé par une école de formation, en plus de l’expérience pour l’acquérir. Le diplôme est donc la condition première, et ces examens mérites tous les encouragements du département de la culture », a confié la Directrice des arts.

Il faut noter que les examens artistiques nationaux sont organisés par le Ministère de la culture en partenariat avec le Ministère en charge de la jeunesse et de l’emploi. Les résultats sont entendus au plus tard le samedi 7 aout 2021.

Akim KY

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *